La bourse est fermée

Libéralisation des aéroports dans le monde: ADP et Vinci accélèrent

Ces derniers temps, Xavier Huillard, le PDG de Vinci, est souvent prié de quitter la pièce lors des réunions du conseil d’administration d’ADP, comme l’exigent les règles en cas de conflit d’intérêts entre actionnaires. Détenteur de 8 % du capital du gestionnaire de Roissy et d’Orly, le géant du BTP est devenu un redoutable rival du groupe public via sa filiale Vinci Airports. Fin 2018, la prise de contrôle pour 3,2 milliards d’euros du second aéroport londonien, Gatwick, l’a propulsé au troisième rang du secteur, juste derrière ADP. De quoi titiller l’ego de son patron, Augustin de Romanet.

Besoins financiers accrus

Loin d’être refroidi par la pétition contre la privatisation de son groupe, qui a recueilli 1 million de signatures, l’ancien patron de la Caisse des dépôts s’est fixé comme ambition de réaliser de 35 % à 40 % du résultat opérationnel hors de France d’ici à 2025 (contre 21 % en 2018) grâce à l’acquisition d’une dizaine d’aéroports hors de France. Mi-décembre, une nouvelle organisation a été annoncée dans ce sens, avec la création d’une direction du développement et le renforcement de la direction des opérations.

Il faut dire que la croissance du trafic aérien mondial de 4,5 % par an en moyenne fait rêver. Encore majoritairement sous administration publique, les aéroports commencent à ouvrir leur capital face aux énormes besoins financiers et de savoir-faire technique et commercial que les Etats ne peuvent plus assumer. Ainsi, une soixantaine de cibles ont été identifiées dans les quatre prochaines années, notamment aux Etats-Unis, au Brésil et au Japon.

Dans cette course, « ADP a l’avantage d’être un pure player mondialement connu grâce à Charles-de-Gaulle, explique Stéphane Albernhne, président du cabinet Archery Strategy Consulting. Mais son désir de conquête est peut-être freiné par son actionnaire étatique, dont la priorité reste la France et l’amélioration de la qualité de service. » A l’inverse, « Vinci Airports, plus petit et agile, peut se perme[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi