Marchés français ouverture 2 h 1 min
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,93 (+0,45 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,94 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    28 132,78
    -150,25 (-0,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,0357
    -0,0047 (-0,46 %)
     
  • HANG SENG

    17 159,93
    -413,65 (-2,35 %)
     
  • BTC-EUR

    15 627,32
    -478,46 (-2,97 %)
     
  • CMC Crypto 200

    379,04
    -3,62 (-0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     

Libéré des sanctions américaines, Honor prospère sans Huawei

Xinhua/AFP

Libéré des sanctions américaines depuis son rachat en 2020, le constructeur caracole en tête des ventes en Chine. Et élargit sa cible en Europe.

Les années passent, les sanctions américaines pleuvent contre l'industrie chinoise, mais George Zhao demeure. Pour la première fois dans l'histoire de l'entreprise, le 2 septembre, le PDG d'Honor a organisé un événement de lancement à l'occasion de l'IFA, le grand Salon européen de l'électronique grand public qui se tient chaque année à Berlin. En vedette, le Honor 70, un smartphone milieu de gamme vendu 549 euros, qui fait partie d'une vaste offensive du fabricant chinois. Ordinateurs, tablettes, mobiles… Il met les bouchées doubles pour rattraper le temps perdu.

Créée en 2014, l'ancienne marque pour jeunes de Huawei connaît une seconde jeunesse. Cédée à un consortium d'entreprises chinoises à l'automne 2020 pour survivre en dehors des sanctions américaines, Honor a recruté massivement, passant de 8.000 à 13.000 salariés. Il gère ses propres équipes de R&D et ses chaînes de production. Et les résultats sont surprenants: il a chipé à Apple la tête des ventes en Chine en début d'année, selon Canalys, avec 20% de parts de marché. Une première confirmée par IDC au deuxième trimestre, avec 19,5% de parts de marché, soit quatre fois plus qu'il y a un an.

Renouer les relations

Honor a aussi relancé la machine en Europe, après les difficultés liées aux sanctions touchant Huawei.

"Nous devons notamment nous occuper de construire de nouvelles relations avec les opérateurs et lesdistributeurs", résume Tony Ran, directeur Europe de la marque. En France, l'équipe comprend une quarantaine de personnes. "Nous avons changé notre positionnement, développe Mylène Poncet, directrice marketing du constructeur en France. Avant, nous étions une marque 100% digitale qui s'adressait aux jeunes. Désormais, nous répondons aux besoins de chaque consommateur, quel que soit le segment ou le canal de distribution." Sa gamme s'étend de 179 à 1.099 euros. Des partenariats ont été noués avec Fnac Darty et SFR. La marque est présente chez Orange, Bouygues Telecom et Free, uniquement sur Internet.

E[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi