La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 144,31
    +82,76 (+0,24 %)
     
  • Nasdaq

    14 840,71
    +3,72 (+0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    27 833,29
    +285,29 (+1,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,1806
    +0,0036 (+0,31 %)
     
  • HANG SENG

    26 192,32
    -1 129,66 (-4,13 %)
     
  • BTC-EUR

    31 820,91
    +2 455,58 (+8,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    905,01
    -10,48 (-1,14 %)
     
  • S&P 500

    4 422,30
    +10,51 (+0,24 %)
     

L'homme qui a enfariné Mélenchon pendant la Marche des libertés a été placé en garde à vue

·1 min de lecture

INFO BFMTV - L'homme qui a enfariné Jean-Luc Mélenchon ce samedi pendant la Marche des libertés a été placé en garde à vue.

L'homme qui a enfariné Jean-Luc Mélenchon a été interpellé à 18h30 ce samedi et placé en garde à vue pour "violences volontaires sur personne chargée de mission de service public", a appris BFMTV du parquet de Paris. Il a été interpellé à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Un deuxième homme a également été interpellé.

Vers 14H00, alors qu'il répondait à la presse place de Clichy, le patron de LFI et candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon avait reçu de la farine sur le visage. Le leader de La France insoumise a dénoncé un acte "lâche" qui "aurait pu être pire" et a fait état d'"une grande tension" et d'"un seuil qui a été franchi" quelques jours après que le chef de l'Etat eut reçu une gifle lors d'un déplacement dans la Drôme.

Devant des journalistes qui le filmaient après son geste, l'auteur présumé s'était présenté comme un "souverainiste". "Je ne crois pas au débat", a-t-il ajouté, se disant "très énervé". Interrogé sur la violence de son geste, il a évoqué "un geste de contestation, comme beaucoup de gens en font".

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles