Publicité
Marchés français ouverture 2 h 14 min
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,29 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,79 (+1,10 %)
     
  • Nikkei 225

    38 724,14
    +78,03 (+0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,0852
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    18 665,79
    +56,85 (+0,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 410,43
    -172,64 (-0,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 497,25
    +29,15 (+1,99 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     

L'hiver est passé. Mais peut-on affirmer que la crise énergétique européenne est finie ?

L'hiver est passé. Mais peut-on affirmer que la crise énergétique européenne est finie ?

L'hiver européen a pris fin. Bien que cet hiver ait eu une durée normale de trois mois, il a donné l'impression d'être la saison la plus longue jamais enregistrée : il est arrivé au milieu d'avertissements inquiétants de pénuries de gaz paralysantes, de paralysie industrielle, de pannes d'électricité généralisées, de rationnement obligatoire et même d'agitation civile.

Les gros titres des journaux semblaient parfois annoncer l'apocalypse énergétique de l'Europe. Mais au lieu de cela, l'hiver est arrivé et reparti, sans aucune trace du jour de l'apocalypse annoncé.

Grâce à une combinaison de décisions politiques, de dynamiques de marché, de phénomènes météorologiques et d'initiatives personnelles, les Européens ont évité le pire scénario de la crise énergétique, un exploit remarquable en soi, même si certaines des cicatrices de cette période décisive sont encore en train de se refermer.

L'effort collectif s'est déroulé sous les yeux du public, avec des moments alternés d'audace et d'hystérie, et a débordé des couloirs du pouvoir pour s'étendre aux conversations de table sur les contrats d'électricité, les pompes à chaleur et les cols roulés.

PUBLICITÉ

Le gaz naturel liquéfié (GNL), un produit peu familier pour les Européens ordinaires, est soudain devenu un nom familier et une priorité politique absolue, tandis que les hauts et les bas du mécanisme de transfert de titres (TTF), une plaque tournante virtuelle pour le commerce du gaz, s'accompagnaient de palpitations et de sueurs froides.

"Cette année sera encore un défi"

"En entrant aujourd'hui dans le printemps, nous pouvons dire que nous avons bien géré cette saison hivernale. Comme nous avons terminé avec un stockage à moitié plein, la première bataille de cette guerre énergétique avec la Russie est derrière nous", a déclaré Kadri Simson, le commissaire européen à l'énergie, à Euronews.

"Nous ne devons cependant pas nous faire d'illusions sur la facilité des choses. Cette année sera encore un défi, tout comme l'année suivante. De nombreuses incertitudes subsistent. Malgré une situation énergétique globalement bonne, nous devons rester vigilants et travailler dur pour nous préparer à l'hiver prochain."

Mais ce succès n'a pas été obtenu au rabais : l'Agence internationale de l'énergie (AIE) estime que l'Union européenne a dépensé l'an dernier près de 400 milliards d'euros pour l'achat de gaz, soit près de trois fois la facture de 2021.

Selon Bruegel, un groupe de réflexion basé à Bruxelles, le soutien fiscal mis en place par les pays de l'UE pour protéger les citoyens et les entreprises contre la crise s'élève à au moins 657 milliards d'euros.

L'Allemagne, pays fortement dépendant du gaz, a affecté 265 milliards d'euros à elle seule.

Bien que la crise énergétique soit souvent décrite comme l'une des conséquences les plus tristement célèbres de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la crise est en fait antérieure à cette guerre brutale.

Le phénomène remonte au début de la pandémie de COVID-19, lorsque les pays du monde entier ont été brusquement bloqués et que l'économie mondiale a été effectivement gelée. Cette paralysie a entraîné la demande d'énergie dans une spirale descendante : les prix de gros se sont effondrés, les projets d'investissement ont été suspendus et les producteurs ont réduit leur production par crainte de voir leurs réserves gaspillées.

Les marchés, qui n'ont pas évolué, ont été surpris lorsque, dès la levée des restrictions liées à la pandémie, les consommateurs se sont lancés dans une frénésie d'achats et de voyages pour rattraper le temps passé en quarantaine. Les producteurs d'énergie n'ont pas pu satisfaire cette reprise soudaine, provoquant un profond déséquilibre entre l'offre et la demande qui a fait grimper les prix.

En décembre 2021, les prix du gaz étaient presque trois fois plus élevés qu'un an auparavant.

La roulette russe du gaz

Parallèlement, la Russie, alors premier fournisseur d'énergie de l'UE, a commencé à réduire ses flux de gaz vers l'Union, laissant les stocks souterrains à des niveaux dramatiquement bas. Cette tendance correspondait à un déploiement toujours plus important de troupes le long de la frontière ukrainienne.

Selon Ben McWilliams, consultant en énergie et en climat auprès du groupe de réflexion Bruegel, les conditions de marché tendues ont préparé le terrain pour la stratégie de Vladimir Poutine, qui consiste à faire de l'énergie une arme.

"La Russie ne remplissait pas les réservoirs, ce qui a déclenché l'alarme en Europe ", a déclaré M. McWilliams à Euronews.

"Il est impossible de dire avec certitude s'il s'agissait d'un problème géopolitique ou d'un problème de marché. Mais je pense que c'était géopolitique et que cela faisait partie d'une stratégie plus large visant à assécher les réserves de gaz européennes avant l'invasion et à jouer progressivement avec le système européen.

L'invasion a provoqué un chaos sans précédent sur le marché, plongeant les décideurs politiques dans la panique pour remplacer 140 milliards de mètres cubes de gaz russe, soit environ 40 % des importations totales.

Coïncidence malheureuse, la production d'énergie nucléaire de la France est tombée à son plus bas niveau depuis 30 ans en raison d'opérations de maintenance, tandis que la production hydroélectrique de l'Europe a été durement touchée par une grave sécheresse.

En l'espace de quelques semaines, la capacité de l'Europe à maintenir la lumière allumée a été remise en question.

Le spectre du rationnement est devenu si palpable que Bruxelles a été contrainte d'élaborer un plan européen visant à réduire la consommation de gaz de 15 % avant le printemps. C'est la première fois que l'Union européenne se met d'accord sur une stratégie coordonnée visant à limiter l'utilisation d'un produit aussi ordinaire que le gaz.

Le pouvoir des économies

La fébrilité des prix du gaz a atteint son paroxysme en été, lorsque les gouvernements européens, craignant un hiver de mécontentement, ont ouvert grand leur carnet de chèques pour payer tout ce qui était nécessaire au remplissage des stocks souterrains.

Le 26 août, le TTF a atteint le niveau record de 320 euros par mégawattheure, soit huit fois le prix enregistré la veille du déclenchement de l'invasion.

Pour ceux qui étaient assis à la table des négociations, une prise de conscience s'est produite : les méthodes traditionnelles avaient été épuisées et une réflexion non conventionnelle était nécessaire pour éviter une catastrophe.

L'élan politique a donné naissance à une série de mesures extraordinaires dans le domaine de l'énergie : l'obligation d'économiser l'électricité pendant les heures de pointe, une taxe sur les bénéfices exceptionnels, des règles de solidarité par défaut pour éviter les pénuries et la passation de marchés communs pour l'approvisionnement en gaz ont été approuvées à une vitesse record.

Même le plafonnement des prix du gaz, qui a suscité de vives controverses, a été adopté à l'issue de discussions acharnées entre les ambassadeurs et de plaidoyers passionnés de la part des dirigeants eux-mêmes.

Ironiquement, au moment où le plafond a été fixé à 180 euros par mégawattheure, les prix du gaz avaient entamé une baisse progressive, revenant aux niveaux d'avant-guerre au début du mois de janvier, lorsqu'un temps exceptionnellement doux a balayé l'Europe et dompté la demande des consommateurs.

Au fur et à mesure que les températures augmentaient, les prix continuaient à baisser. Le premier jour du printemps, les prix au TTF étaient inférieurs à 39 euros par mégawattheure.

Si les experts et les analystes du secteur de l'énergie se félicitent du caractère novateur de ces politiques européennes et de la manière dont elles ont préservé le marché unique, la plupart d'entre eux estiment que la clé d'une gestion efficace de la crise réside dans les économies réalisées.

La crainte d'une facture trop élevée a incité les ménages et les entreprises à prendre les choses en main et à réduire leur consommation bien avant que les décideurs politiques ne leur disent de le faire.

L'année dernière, la demande de gaz de l'Union européenne a baissé de 13 %, ce qui équivaut à 55 milliards de m3 et permet d'alimenter 40 millions de foyers, selon l'AIE, qui parle de la "plus forte baisse de l'histoire" de l'Union.

L'agence a attribué les économies de gaz à l'industrie, qui a réduit les heures de production et augmenté les importations de produits finis, ainsi qu'à des ajustements dans les bâtiments, tels que l'abaissement du thermostat, le raccourcissement des douches chaudes et l'installation de pompes à chaleur.

La production d'électricité est le seul secteur qui a connu une légère augmentation de la consommation de gaz en raison de la nécessité de compenser la baisse de la production hydroélectrique et nucléaire.

Elisabetta Cornago, chercheuse principale en énergie au Centre for European Reform (CER), a qualifié les économies de "réponse impressionnante", mais a déclaré que "certains des changements, en particulier les réductions industrielles, étaient temporaires plutôt que "structurels".

"La réponse comportementale a été motivée par le niveau des prix et la peur de l'impact des prix sur la vie. Ces craintes et ces inquiétudes ont conduit les consommateurs à rester prudents et à essayer de limiter le nombre d'heures de chauffage ", a affirmé Elisabetta Cornago à Euronews.

"Les craintes de pénuries et de pannes d'électricité étaient réelles, ce n'était pas seulement un coup médiatique. Dès que nous avons réalisé que le nucléaire et l'hydroélectricité français étaient faibles, le risque sur le front de l'électricité et du gaz est devenu réel".

"Nous sommes toujours en crise"

La catastrophe ayant été largement évitée, de nombreux Européens sont désormais impatients de tourner la page de la crise énergétique.

Le sujet a perdu de son importance dans les cercles bruxellois, ce qui a permis à des questions telles que l'immigration et le transport durable de revenir en tête de l'ordre du jour.

Le calme ne doit cependant pas se transformer en complaisance, avertissent les experts, car l'inadéquation entre l'offre et la demande au niveau mondial devrait continuer à peser sur les prix.

Les économies de gaz et les importations de GNL devraient se conjuguer pour éviter que le drame de 2022 ne se répète, estime Nikoline Bromander, analyste principale chez Rystad Energy, un cabinet de recherche indépendant.

"L'Europe aborde 2023 avec un marché mieux équilibré ", a déclaré Mme Bromander à Euronews. "Pour l'instant, il semble que les fondamentaux solides de l'offre et du stockage contrecarrent les prévisions météorologiques froides".

D'ici la fin de l'année, l'Europe sera en mesure d'importer 78 milliards de m3 de GNL supplémentaires, ouvrant la voie à des flux réguliers en provenance des États-Unis, du Qatar, du Nigeria et d'autres producteurs.

Toutefois, a souligné M. Bromader, l'Europe ne sera pas le seul client à courir après ces navires de GNL.

"Nous estimons que 60 % du GNL dont l'Europe aura besoin en 2023 prendra la forme de volumes non contractuels provenant du marché au comptant", a déclaré M. Bromader. "Cela obligera l'Europe à rivaliser avec le marché mondial, y compris l'Asie, et devrait se traduire par un marché tendu jusqu'en 2023."

Ben McWilliams s'est montré tout aussi prudent, déclarant que "même si le pouvoir de la Russie de tordre les marchés à sa guise a été réduit, la crise énergétique "évolue et change, mais elle n'est certainement pas terminée".

"Nous entrons maintenant dans une nouvelle phase où les prix du gaz sont encore structurellement plus élevés qu'il y a deux ans. Et je dirais qu'il est très peu probable qu'ils reviennent à leur niveau d'il y a deux ans, au moins pour les deux prochaines années", a déclaré Ben McWilliams.

"Le système restera sous pression. Nous sommes donc toujours dans une situation de crise".

La Commission européenne a déjà proposé de prolonger le plan de réduction de 15 % du gaz jusqu'en mars 2024, ce qui montre à quel point les économies sont devenues fondamentales. Les premiers achats conjoints de gaz sont prévus pour l'été, l'objectif étant d'obtenir des prix plus bas pour remplir les réservoirs souterrains.

"Il est maintenant important que les États membres maintiennent le cap et poursuivent les actions qui permettront d'atteindre notre double objectif : la sécurité énergétique et des prix abordables", a déclaré le commissaire Simson.

Mais la question de savoir ce qui constitue des "prix abordables" en temps de guerre est encore à l'ordre du jour.

Les ménages s'efforcent de trouver un moyen d'intégrer des factures plus élevées dans leurs dépenses mensuelles sans faire de sacrifices désagréables. Les dirigeants politiques et les associations professionnelles mettent en garde contre une perte irrémédiable de compétitivité et un exode industriel massif si les factures d'énergie refusent de baisser.

Combien de temps la crise énergétique européenne va-t-elle durer ?

"Tant que l'économie dépendra de l'approvisionnement en gaz et que la transition énergétique ne sera pas achevée, cette vulnérabilité au prix du gaz ou à ce que les fournisseurs de gaz décident de faire subsistera. C'est pourquoi l'état d'alerte sera maintenu", a déclaré Elisabetta Cornago.

"Nous ne sommes pas sortis de l'auberge".