La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 781,38
    -68,08 (-0,20 %)
     
  • Nasdaq

    10 964,84
    -84,66 (-0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    28 027,84
    -134,99 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,0338
    -0,0006 (-0,0620 %)
     
  • HANG SENG

    18 204,68
    +906,74 (+5,24 %)
     
  • BTC-EUR

    15 854,30
    +69,78 (+0,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,91
    -1,81 (-0,47 %)
     
  • S&P 500

    3 947,79
    -16,15 (-0,41 %)
     

L'hiver confortable des Européens, un désastre absolu pour les pays émergents

Payer en faisant la grimace, c'est payer quand même; les pays les plus défavorisés n'ont pas ce luxe. | Claudio Schwarz via Unsplash
Payer en faisant la grimace, c'est payer quand même; les pays les plus défavorisés n'ont pas ce luxe. | Claudio Schwarz via Unsplash

On peut d'ores et déjà l'affirmer: l'Europe passera l'hiver, et tant pis si les factures sont élevées. Notre continent dispose de suffisamment de pétrole et de gaz pour arriver jusqu'au printemps. Selon Bloomberg néanmoins, ces provisions précautionneuses ne sont pas sans conséquence. Principales victimes: les pays les plus pauvres de la planète, à qui l'herbe a été coupée sous le pied.

Certains pays émergents ne savent pas si, demain, ils auront la possibilité d'avoir accès aux sources d'énergie dont ils ont besoin, ou si les réserves effectuées par l'Europe au nom de son confort risquent d'avoir un effet de confiscation.

Au-delà des risques immédiats, souligne le média américain, ces pays peuvent s'attendre à vivre des situations encore plus compliquées que d'habitude durant les dix prochaines années.

À lire aussiEn Corée du Nord, une drôle de fashion week cornaquée à 100% par le pouvoir central

Si l'Europe passe ainsi devant d'autres, c'est parce qu'en dépit des coûts élevés qui l'attendent, elle est en mesure de régler les factures. Payer en faisant la grimace, c'est payer quand même; les pays les plus défavorisés n'ont pas ce luxe. Certains fournisseurs ont tout bonnement rompu des contrats signés de longue date afin de conclure des accords considérés à la fois comme plus sûrs et plus lucratifs.

Au Pakistan, au Bangladesh ou encore aux Philippines, les catastrophes naturelles qui se sont produites ces derniers mois ont plongé les populations dans un état de détresse avancée, et la pénurie d'énergie pourrait accroître la situation dramatique qui guette certaines régions.

Ces pays n'ont d'autre choix que de tenter de rivaliser financièrement avec, par exemple, l'Allemagne, pour tenter d'être livrés malgré tout. Des combats forcément déséquilibrés.

Sombres horizons

L'avenir plus lointain n'est pas...

Lire la suite sur korii.