La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,64 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2088
    -0,0099 (-0,81 %)
     
  • Gold future

    1 733,00
    -42,40 (-2,39 %)
     
  • BTC-EUR

    39 497,94
    +493,06 (+1,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    912,88
    -20,25 (-2,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,66
    -1,87 (-2,94 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,92 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3921
    -0,0091 (-0,65 %)
     

L'exercice d'équilibriste de la maîtrise des finances de Sciences Po Paris

·2 min de lecture

SERIE SCIENCES PO 2/3 - L’affaire Duhamel n’en finit pas de fragiliser l’école de l’élite. Après la démission de son directeur Frédéric Mion, plusieurs défis attendent l’institution, et en particulier celui de l'épineux pilotage de son modèle économique. Deuxième volet de notre série consacrée à Sciences Po Paris.

Faire face à la tempête. Après , le directeur de Sciences-Po, le 9 février, empêtré dans ses mensonges au sujet de "l’affaire Duhamel", la prestigieuse école doit se trouver un nouveau patron, qui devra affronter de gros défis. Certes, avec Mion, le vent de la réforme avait soufflé à la rue Saint-Guillaume, à Paris, avec une internationalisation accélérée et de prestigieux partenaires comme Columbia ou la New York University. Mais l'ex directeur laisse à son successeur de vraies fragilités, révélées par la crise, voire des archaïsmes. Gros sujet d'inquiétude: la croissance exponentielle de Sciences Po, qui exige d'énormes ressources financières.

"Le pilotage de son modèle économique est un enjeu constant pour Sciences Po", concédait pudiquement, en 2018, le directeur devant le HCERES, le haut conseil qui évalue les facs et grandes écoles. Les chiffres donnent le vertige. En vingt ans, le nombre d’étudiants a plus que triplé, passant de 4.000 à 14.000. Celui des enseignants a doublé. Depuis 2010, les dépenses de l’IEP sont passées de 130 à 200 millions d’euros, sans que la dotation de l’Etat ne suive.

Rivaliser avec Harvard ou Oxford exige une taille critique. Qui coûte cher. "Sciences-Po est pris dans une course infernale aux ressources, pointe un bon connaisseur du modèle. Il lui faut toujours plus d’étudiants, qui paient des frais d’inscription toujours plus cher (jusqu’à 18.000 euros en master), pour des cours prodigués par des professeurs de mieux en mieux rémunérés."

Lire aussi

Une hausse "volontariste" Pour accueillir autant d’étudiants tout en limitant ses frais immobiliers, Sciences Po a ouvert six campus en province (Reims, Menton…) avec l’aide financière des collectivités. En même temps, il lui faut garantir son attractivité auprès de son public étranger, qui paie plein pot. L’école va donc prendre ses aises à Saint-Germain-des-Prés, en plein cœur de Paris. C’est le fait d’armes de Frédéric Mion: avoir réussi à mettre la main, en 2016, sur l’hôtel de l’Ar[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Affaire Duhamel: l'urgence de réformer la gouvernance de Sciences Po Paris#SciencesPorcs: l'autre affaire qui replace la lutte contre les violences sexuelles comme priorité de Sciences PoSciences Po: les "papys" font de la résistanceSciences Po: une administratrice provisoire nommée à la place de Frédéric MionAffaire Duhamel: englué dans la polémique, le directeur de Sciences Po Frédéric Mion démissionne