La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 137,31
    +316,01 (+0,93 %)
     
  • Nasdaq

    13 950,22
    +163,95 (+1,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 508,55
    -591,83 (-2,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,2041
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    28 621,92
    -513,81 (-1,76 %)
     
  • BTC-EUR

    45 662,08
    -1 616,00 (-3,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 266,88
    +3,91 (+0,31 %)
     
  • S&P 500

    4 173,42
    +38,48 (+0,93 %)
     

L'Europe monte encore, des résultats et la relance en soutien

par Laetitia Volga
·5 min de lecture
LES BOURSES EUROPÉENNES EN HAUSSE À L'OUVERTURE

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont en hausse mercredi dans les premiers échanges, de bons résultats d'entreprise en Europe comme aux Etats-Unis et les espoirs concernant le plan de relance américain entretenant l'appétit des investisseurs pour le risque avant une série d'indicateurs économiques.

À Paris, l'indice CAC 40 gagne 0,68% à 5.601,11 points vers 08h34 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,82% et à Londres, le FTSE s'octroie 0,69%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro est en hausse de 0,95%, le FTSEurofirst 300 de 0,85% et le Stoxx 600 de 0,87%.

Les marchés sont attentifs aux avancées sur le plan de relance de 1.900 milliards de dollars proposé par l'administration Biden alors que les démocrates au Congrès américain poursuivent les démarches pour éventuellement se passer de l'aval des élus républicains, en minorité dans les deux chambres.

La tendance européenne profite également de la poursuite des campagnes de vaccination, essentielles pour une reprise de l'économie, et des résultats bien accueillis des poids lourds américains Alphabet et Amazon après la clôture de Wall Street mardi soir.

La fin, du moins pour le moment, de l'opposition entre investisseurs individuels et vendeurs à découvert reste un élément positif. La secrétaire au Trésor, Janet Yellen, organisera dans la semaine une réunion avec les principaux régulateurs financiers pour discuter de la volatilité des marchés provoquée par cette frénésie spéculative.

Les investisseurs surveilleront avec attention les indices PMI dans les services en zone euro pour le mois de janvier qui devraient confirmer un nouveau recul dans ce secteur, durement frappé par les restrictions sanitaires.

En Chine, l'activité dans les services a progressé le mois dernier à son rythme le plus faible en neuf mois.

L'agenda macroéconomique américain sera animé notamment par l'enquête du cabinet ADP sur l'emploi privé, les économistes interrogés par Reuters tablant sur 49.000 créations de postes après les destructions de postes de décembre.

VALEURS

Tous les secteurs européens évoluent dans le vert dans les premiers échanges et la plus forte progression est signée par l'indice Stoxx des médias, en hausse de 1,77%.

Publicis gagne 5,90%, en tête du CAC 40, après la publication de résultats supérieurs aux attentes au dernier trimestre 2020 grâce à sa filiale Epsilon. Dans le sillage du groupe français publicitaire, son rival britannique WPP prend 1,86%.

A Francfort, Siemens progresse de 1,98%, le conglomérat allemand ayant relevé ses prévisions annuelles.

Novo Nordisk, spécialiste du traitement du diabète, avance de 3,88% à la faveur de prévisions optimistes sur son chiffre d'affaires et son bénéfice annuels.

Les valeurs cycliques sont particulièrement entourées, à l'image des banques: BNP Paribas, Crédit agricole et Société générale gagnent de 1,9% à 2,3%.

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini mardi en nette hausse, portée par les progression d'Amazon (+1,11%) et d'Alphabet (+1,38%), la maison mère de Google, avant la publication de leurs résultats et par la perspective de l'adoption d'un vaste plan de relance aux Etats-Unis.

Ajoutant à l'optimisme ambiant, les autorités sanitaires américaines ont publié des chiffres encourageants sur l'épidémie avec une baisse des nouveaux cas pour la troisième semaine d'affilée, une première depuis septembre.

L'indice Dow Jones a gagné 1,57% à 30.687,48 points, le S&P-500 a pris 1,39% à 3.826,23 points et le Nasdaq Composite a avancé de 1,56% à 13.612,78 points.

Dans les échanges après la clôture, Alphabet a gagné 8% après la publication d'un chiffre d'affaires record pour le deuxième trimestre d'affilée, dépassant les attentes des analystes dans le secteur de la publicité et de l'informatique dématérialisée ("cloud").

Amazon a annoncé d'une part que son fondateur Jeff Bezos quitterait ses fonctions de directeur général au troisième trimestre pour endosser le rôle de président exécutif et, d'autre part, un chiffre d'affaires net supérieur aux attentes au quatrième trimestre. Le titre du géant du commerce en ligne gagnait environ 1% hors séance.

Les futures de Wall Street indiquent une ouverture en hausse de 0,2% pour le Dow Jones, de 0,4% pour le S&P-500 et de 0,8% pour le Nasdaq.

EN ASIE

A la Bourse de Tokyo, le Nikkei a fini en hausse de 1%, soutenu par la progression de Wall Street et par les solides prévisions annuelles de Mitsubishi Motors (11,34%) ou encore Sony (+1,62%).

Les Bourses de Chine continentale ont fini en baisse après avoir profité en séance de la progression des valeurs automobiles et de l'annonce du plus faible nombre de nouveaux cas quotidiens de contamination par le coronavirus depuis un mois.

Le CSI 300 des grandes capitalisations a reculé de 0,29% après avoir gagné près de 0,6% en séance à un plus haut d'une semaine.

TAUX

Sur le marché des emprunts d'Etat, le rendement des Treasuries à dix ans est inchangé à 1,1151%.

En Europe, son équivalent allemand avance légèrement, à -0,467%, mais le mouvement le plus spectaculaire revient aux taux italiens alors que le président Sergio Mattarella pourrait demander dans la journée à l'ancien président de la Banque centrale européenne Mario Draghi de former un cabinet d'union nationale face à la crise sanitaire et économique.

Le rendement des BTP à dix ans chute de six points à 0,599%, au plus bas depuis deux semaines.

CHANGES

L'"indice dollar", qui mesure les variations du billet vert face à un panier de référence, recule de 0,13%. L'euro est quasiment stable à 1,2034 dollar.

PÉTROLE

Après avoir atteint mardi des plus hauts de près d'un an, les cours pétroliers continuent de monter, grâce à l'annonce par l'American Petroleum Institute d'une diminution surprise de 4,3 millions de barils des stocks du brut aux Etats-Unis la semaine dernière et aux anticipations d'une baisse des stocks mondiaux cette année.

Le Brent gagne 0,77% à 57,9 dollars le baril après un pic mardi à 58,05 et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 0,51% à 55,04 dollars après avoir atteint 55,26 la veille.

(édité par Patrick Vignal)