La bourse ferme dans 6 h 52 min
  • CAC 40

    6 245,78
    -107,16 (-1,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 621,37
    -69,37 (-1,88 %)
     
  • Dow Jones

    31 490,07
    -1 164,52 (-3,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,0498
    +0,0032 (+0,30 %)
     
  • Gold future

    1 811,50
    -4,40 (-0,24 %)
     
  • BTC-EUR

    27 716,29
    -842,19 (-2,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    648,29
    -22,39 (-3,34 %)
     
  • Pétrole WTI

    108,87
    -0,72 (-0,66 %)
     
  • DAX

    13 761,50
    -246,26 (-1,76 %)
     
  • FTSE 100

    7 283,21
    -154,88 (-2,08 %)
     
  • Nasdaq

    11 418,15
    -566,37 (-4,73 %)
     
  • S&P 500

    3 923,68
    -165,17 (-4,04 %)
     
  • Nikkei 225

    26 402,84
    -508,36 (-1,89 %)
     
  • HANG SENG

    20 120,68
    -523,60 (-2,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2396
    +0,0054 (+0,44 %)
     

L'Europe mesure l'ampleur du gouffre économique ukrainien

Avec un PIB réduit quasi de moitié, le pays manque d'argent pour se reconstruire, mais aussi de soutien pour mener à bien les réformes structurelles indispensables. The Economist décrypte.

En Ukraine, dévaste aussi bien les logements que les hôpitaux, les ports et les infrastructures. Et les destructions sont loin d'être terminées. Une étude du Centre for Economic Policy Research estime que, dans l'état actuel des choses, la reconstruction du pays coûterait déjà entre 200 et 500 milliards d'euros. La fourchette haute équivaut à plus de trois fois le PIB ukrainien avant la guerre; la basse représente à peu près quatre fois le budget de pour l'aide internationale.

Et alors que s'accroissent les dégâts, les moyens pour les réparer s'amenuisent en raison de la contraction de l'économie. La consommation d'électricité, une mesure assez fiable de l'activité, est aujourd'hui inférieure d'environ un tiers par rapport à celle d'il y a un an. L'Institut d'études économiques internationales de Vienne considère que les régions directement affectées par la guerre comptent pour 29% de la production ukrainienne et que l'activité économique y a plus ou moins cessé. Selon une étude de la Banque centrale, 30% des entreprises ont totalement interrompu leur production et 45% l'ont réduite. D'après la Banque mondiale, le PIB devrait se contracter de 45% cette année.

Aides extérieures cruciales

Pour l'heure, le gouvernement s'efforce de limiter les dégâts. Des aides et des prêts occidentaux d'une valeur d'environ 7 milliards de dollars ont permis de maintenir les finances publiques à flot. Mais le ministre des Finances estime que le déficit budgétaire pour le mois de mars a été de 2,7 milliards de dollars, et atteindra 5 à 7 milliards en avril et mai. Il est donc très probable que l'économie post-conflit sera nettement réduite, et, en outre, confrontée à de nouveaux défis. L'un d'eux sera le nettoyage des zones truffées de mines et autres débris explosifs. Avant même le 24 février, le ministère de la Défense évaluait que le déminage de la seule coûterait 650 millions de dollars, suite à l'invasion de 2014. Le gouvernement ukrainien a d'ores et déjà mis en place un fonds d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles