Publicité
Marchés français ouverture 6 h 59 min
  • Dow Jones

    37 775,38
    +22,07 (+0,06 %)
     
  • Nasdaq

    15 601,50
    -81,87 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    38 079,70
    +117,90 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,0645
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    16 385,87
    +134,03 (+0,82 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 670,95
    +2 100,29 (+3,65 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 311,02
    +425,48 (+48,05 %)
     
  • S&P 500

    5 011,12
    -11,09 (-0,22 %)
     

L'Europe inflige une énorme amende à Apple, voici pourquoi

Kévin Comte/Capital

La marque à la pomme sanctionnée d’une énorme amende. La Commission européenne a infligé, lundi 4 mars, à Apple une amende de 1,84 milliard d'euros pour non-respect des règles de concurrence de l'UE sur le marché de la musique en ligne, une sanction inédite contre laquelle le géant américain a décidé de faire appel. Spotify, populaire plateforme de streaming musical, avait saisi Bruxelles contre les pratiques du géant californien, jugées contraires aux règles européennes de «concurrence loyale» et ne permettant pas selon lui de «garantir la liberté de choix aux consommateurs et un environnement équitable aux développeurs».

Au terme d'une vaste enquête commencée en juin 2020, l'exécutif européen a donné raison à la plateforme suédoise. «Pendant une décennie, Apple a abusé de sa position dominante sur le marché de la distribution d'applications d'écoute de musique en streaming» via sa boutique App Store, «ce qui est illégal», a fustigé la commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager.

Selon Bruxelles, le groupe à la pomme a appliqué des restrictions pour empêcher les développeurs d'applications de promouvoir auprès des usagers sur iPhone et iPad «des offres alternatives et moins chères en dehors de l'écosystème Apple», de façon à privilégier son propre service AppleMusic. Ces pratiques ont «conduit de nombreux utilisateurs à payer des prix nettement plus élevés pour leurs abonnements en raison de commissions élevées imposées par Apple aux développeurs et répercutées sur les consommateurs», (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Michel-Édouard Leclerc «assume» de vendre ses côtes de porc à deux euros le kilo
BCE : «Pas d'urgence à baisser les taux» pour doper l’économie, l’inflation est récalcitrante
Alpes-Maritimes : la librairie fait faillite, 60 tonnes de livres jetés à la poubelle
Bourse : «bientôt un krach similaire à celui de 2009, voire de 1929 ?»
Un Airbus A330 cloué au sol durant trois jours à cause… d’un rat