Marchés français ouverture 4 h 41 min
  • Dow Jones

    33 821,30
    -256,33 (-0,75 %)
     
  • Nasdaq

    13 786,27
    -128,50 (-0,92 %)
     
  • Nikkei 225

    28 525,50
    -574,88 (-1,98 %)
     
  • EUR/USD

    1,2039
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    28 579,97
    -555,76 (-1,91 %)
     
  • BTC-EUR

    46 489,61
    +371,68 (+0,81 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 280,74
    +46,33 (+3,75 %)
     
  • S&P 500

    4 134,94
    -28,32 (-0,68 %)
     

L'Europe cherche un sésame pour voyager « couvert »

·2 min de lecture

Institutions européennes et compagnies aériennes multiplient les initiatives pour créer un pass vaccinal permettant la reprise des déplacements extra-européens.

L'Europe cherche un sésame pour voyager « couvert »

Sauvera-t-on l'été 2021 ? C'est bien l'objectif de la Commission européenne, à l'heure où certains pays, comme la France et l'Italie, se reconfinent partiellement. Le « pass sanitaire » présenté à Bruxelles le 17 mars est l'unique moyen, selon la présidente Ursula von der Leyen, de rouvrir les frontières intérieures « d'une façon sûre, responsable et digne de confiance » . Salué à la fois par les professionnels du tourisme et du transport aérien, ce sésame pour voyager à l'étranger reste toutefois loin d'être évident à mettre en place d'ici à juin. Seuls 3,5 % des habitants de l'Union ont reçu à ce jour deux doses de vaccin.

Données sécurisées

Face aux réticences de certains pays liées aux questions du respect de la vie privée, Bruxelles précise qu'il s'agit d'un document sécurisé (numérique ou sur papier) qui indiquera si son titulaire a été vacciné contre le Covid-19, s'il a été testé négativement ou s'il dispose d'une immunité naturelle. La Commission promet aussi qu'aucun transfert de données entre les Etats ne sera possible : le code QR et la signature électronique garantiront simplement la véracité des informations sans possibilité d'avoir accès au dossier médical du porteur.

Encore faut-il que les Vingt-Sept et le Parlement européen l'approuvent.

Libre à chaque pays ensuite de décider quelles exigences y seront attachées, un test obligatoire ou une quarantaine. « Le risque, c'est d'avoir des politiques à plusieurs vitesses, a regretté Thomas Juin, le président de l'Union des aéroports français, lors de l'annonce du bilan catastrophique du secteur aérien en 2020. Ainsi, la Grèce, dont un quart du PIB dépend du tourisme, a déjà signé un accord avec Israël pour autoriser sans restrictions l'entrée dans le pays des touristes vaccinés. Et s'apprête à en faire de même avec le Royaume-Uni. « On voit déjà des compagnies étrangères annuler leurs vols vers la France pour se concentrer sur la desserte des pays qui envo[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi