La bourse ferme dans 4 min
  • CAC 40

    5 714,71
    -69,18 (-1,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 643,92
    -41,36 (-1,12 %)
     
  • Dow Jones

    31 066,48
    -335,53 (-1,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,2105
    -0,0081 (-0,67 %)
     
  • Gold future

    1 726,00
    -49,40 (-2,78 %)
     
  • BTC-EUR

    39 557,77
    -3 133,70 (-7,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    959,52
    +26,38 (+2,83 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,42
    -1,11 (-1,75 %)
     
  • DAX

    13 812,69
    -66,64 (-0,48 %)
     
  • FTSE 100

    6 507,68
    -144,28 (-2,17 %)
     
  • Nasdaq

    13 201,47
    +82,04 (+0,63 %)
     
  • S&P 500

    3 823,87
    -5,47 (-0,14 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3937
    -0,0075 (-0,54 %)
     

L'Europe baisse dans le sillage de Wall Street, poussée d'aversion au risque

par Laetitia Volga
·5 min de lecture
LES BOURSES EUROPÉENNES BAISSENT EN DÉBUT DE SÉANCE

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes baissent nettement jeudi dans le sillage de Wall Street et des marchés asiatiques, les inquiétudes liées à la crise sanitaire, au rythme de la reprise économique et aux mouvements spéculatifs favorisant de nouveau l'aversion au risque.

Vers 09h25 GMT, l'indice parisien CAC 40 perd 1,34% à 5.386,26 points, un plus bas depuis le 21 décembre. À Francfort, le Dax cède 2,21% et à Londres, le FTSE abandonne 1,52%.

L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro lâche 1,68% et le FTSEurofirst 300 recule de 1,77. Le Stoxx 600, à un plus bas de cinq semaines, perd 2,03%, passant en territoire négatif depuis le début de l'année (-1,07%).

Mercredi, la Réserve fédérale a mis l'accent sur la possibilité d'un ralentissement durable de la reprise, ce qui pourrait suggérer qu'elle maintiendra une politique monétaire ultra-accommodante pendant encore plusieurs mois, voire plusieurs années.

"Que la Fed reconnaisse un ralentissement du rythme de la reprise, qui dépend du déploiement des vaccins, n'est pas nouveau mais cela permet aux investisseurs de se rendre compte de la réalité", a déclaré Rodrigo Catril, stratégiste senior à la National Australia Bank.

Les inquiétudes liées à la pandémie, au rythme des livraisons de vaccins mais aussi au niveau élevé des valorisations de sociétés, notamment dans les mastodontes technologiques de Wall Street, alimentent la nervosité du marché.

De nombreux indicateurs économiques sont attendus dans la journée dont l'inflation allemande en janvier et la première estimation du produit intérieur brut (PIB) américain au quatrième trimestre, attendue à 13h30 GMT.

Le consensus Reuters table sur une croissance de l'économie américaine de 4% au T4 et sur une contraction de 3,6% sur l'ensemble de l'année 2020, ce qui marquerait sa pire performance depuis 1946.

LES VALEURS A SUIVRE :

En Bourse, quasiment tous les secteurs sont emportés par la baisse du marché. Les plus fortes baisses sont pour les compartiments de l'énergie(-3,12%), de la technologie (-2,23%) et de l'automobile (-2,89%).

A Paris, Unibail-Rodamco-Westfield perd 5,62% après avoir progressé d'environ 20% la veille en réaction à des rachats de titres par des investisseurs pour couvrir leur position courte.

STMicro gagne 2,27% après ses bonnes prévisions tandis que TechnipFMC perd 0,64% après que Technip Energies, issu de la scission des activités du parapétrolier, a présenté ses perspectives annuelles.

Elior chute de 14,91%, sa plus mauvaise performance depuis mars, après avoir publié une baisse de chiffre d'affaires plus importante qu'attendu au titre du premier trimestre.

A Londres, AstraZeneca perd 2,33%, faute d'avancée avec l'Union européenne sur la question du retard pris par le fabricant de vaccins britannique et Prudential est en baisse de 6,45% après avoir annoncé la scission de sa filiale américaine Jackson et qu'il envisageait une levé de capitaux.

A WALL STREET

La Bourse de New York ont perdu plus de 2% mercredi après des résultats décevants et la prudence affichée par Jerome Powell quant aux perspectives à court terme de l'économie américaine. [.NFR]

Le Dow Jones a cédé 2,05% à 30.303,17 points, le S&P-500 a perdu 2,57% à 3.750,77 et le Nasdaq Composite a reculé de 2,61% à 13.270,60 points. Pour les trois indices, la séance est la plus mauvaise enregistrée depuis le 28 octobre dernier.

Aux valeurs, Boeing a cédé 3,97% après une perte annuelle record et un nouveau report du lancement du 777X.

L'action GameStop s'est encore envolée (+134,84% à 347,51 dollars), conséquence d'une bataille boursière entre des fonds vendeurs à découvert et des investisseurs particuliers qui se sont concertés pour contrer ces derniers.

Pour ce jeudi, les futures indiquent une baisse d'environ 0,5% pour le Dow, de 0,9% pour le S&P-500 et de 1,3% pour le Nasdaq.

Apple perdait mercredi 2,6% dans les échanges hors séance après la clôture en dépit d'un chiffre d'affaires et d'un bénéfice meilleurs que ce qu'attendait Wall Street.

Facebook a fait état mercredi d'un chiffre d'affaires trimestriel meilleur qu'attendu, soutenu par une hausse des revenus issus de la publicité.

Le constructeur de véhicules électriques Tesla a publié des résultats trimestriels moins bons que prévu et s'est abstenu de dévoiler un objectif clair de livraisons pour 2021, faisant reculer le titre de 5% en après-Bourse.

EN ASIE

A Tokyo, le Nikkei a fini en baisse de 1,53% dans le sillage de Wall Street, accusant sa plus lourde chute en six mois alors que les investisseurs se détournent des actions du compartiment de la technologie après leur forte progression.

Le marché chinois a nettement reculé, une liquidité réduite sur le marché monétaire interbancaire alimentant les craintes d'un éventuel resserrement de sa politique monétaire par la Banque populaire de Chine.

L'indice composite de Shanghai a abandonné de 1,91% et l'indice de 2,73%, ce qui représente sa plus forte baisse en une séance depuis six mois.

CHANGES

L'aversion pour le risque profite au dollar dont l'indice qui mesure ses variations contre un panier de devises de référence avance de 0,1% après avoir atteint un pic de dix jours la veille.

L'euro, lui, parvient à se stabiliser à 1,21 dollar mais reste affecté notamment par les commentaires mercredi d'un membre de la Banque centrale européenne selon lequel une baisse du taux de dépôt serait possible si nécessaire.

TAUX

Le rendement des Treasuries à dix ans recule à 1,001% après être tombé en séance à moins de 1% pour la première fois en trois semaines.

En Europe, le dix ans allemand est quasiment inchangé dans les premiers échanges, autour de -0,553%.

PÉTROLE

Le marché pétrolier est en recul en raison de nouvelles inquiétudes concernant l'affaiblissement de la demande avec les restrictions sur les voyages, des polémiques sur les vaccins et la hausse du dollar.

Le baril de Brent perd 0,59% à 55,48 dollars et celui du brut léger américain 0,85% à 52,4dollars.

(Bien lire que lire que l'action Unibail a progressé mercredi, §10)

(édité par Patrick Vignal)