La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 600,66
    +54,17 (+0,83 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 126,70
    +30,63 (+0,75 %)
     
  • Dow Jones

    34 479,60
    +13,36 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,2107
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 879,50
    -16,90 (-0,89 %)
     
  • BTC-EUR

    28 965,75
    -395,36 (-1,35 %)
     
  • CMC Crypto 200

    924,19
    -17,62 (-1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    70,78
    +0,49 (+0,70 %)
     
  • DAX

    15 693,27
    +122,05 (+0,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 134,06
    +45,88 (+0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 069,42
    +49,09 (+0,35 %)
     
  • S&P 500

    4 247,44
    +8,26 (+0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 948,73
    -9,83 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,25 (+0,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,4117
    -0,0060 (-0,42 %)
     

L'ESA prépare l'après-Artemis avec ces concepts d'habitations lunaires

·1 min de lecture

Dans l’exploration, il y a les programmes en cours, les programmes en développement, les programmes à l’étude et les études de prospective. À l’agence spatiale européenne, on réfléchit d’ores et déjà à l’après-Artemis et aux programmes qui serviront à établir des structures pérennes sur la Lune et son orbite afin de soutenir l’exploration humaine de sa surface et d’installer des colonies humaines permanentes. Certains « travaillent sur des études conceptuelles d’habitats lunaires et les techniques de construction », nous explique Piero Messina, chargé de stratégie au sein des services du DG de l’ESA, assez convaincu qu’une base lunaire sur la surface de la Lune est un « scénario crédible à l’horizon des années 2050, voire 2040 ».

C’est dans ce cadre que l’ESA a évalué une étude du Cabinet d’architectes de Chicago Skidmore, Owings & Merrill, à l'origine de nombreux gratte-ciel parmi les plus hauts du monde dont la tour Burj Khalifa, qui « propose sa vision d’un habitat pour un futur village lunaire ». Répartis dans plusieurs modules de 390 m3 chacun, divisés en plusieurs étages, ces habitats lunaires ressemblent à de petites tours composées d’une structure rigide et d’une « peau » gonflable de plusieurs couches, afin de protéger l’intérieur de l’extérieur. Cette étude conceptuelle baptisée Life Beyond Earth est aujourd’hui présentée à la 17e Exposition internationale d’architecture de Venise.

 

Life Beyond Earth, un concept de modules habitables lunaires, présenté à l'Exposition internationale d'architecture à Venise, en 2021. © ESA

« Life Beyond Earth présente un changement de paradigme dans l'architecture spatiale », déclare Daniel Inocente, designer en chef chez SOM. « Nos conceptions de modules habitables découlent non seulement de contraintes techniques, mais aussi d'une compréhension de l'expérience humaine et d'un engagement à créer un environnement qui apporte tout ce dont on a besoin pour vivre et travailler dans les conditions les plus extrêmes », conclut...

> Lire la suite sur Futura