Marchés français ouverture 1 h
  • Dow Jones

    31 176,01
    -12,39 (-0,04 %)
     
  • Nasdaq

    13 530,92
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    28 631,45
    -125,41 (-0,44 %)
     
  • EUR/USD

    1,2170
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    29 511,92
    -415,84 (-1,39 %)
     
  • BTC-EUR

    25 980,16
    +853,71 (+3,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    623,09
    +13,10 (+2,15 %)
     
  • S&P 500

    3 853,07
    +1,22 (+0,03 %)
     

Le retard sur les vaccins, la goutte de trop après les masques et les tests?

Romain Herreros
·Journaliste politique
·1 min de lecture
Le ministre de la Santé Olivier Véran et le premier ministre Jean Castex en amont d'une conférence de presse le 3 décembre 2020 (illustration).  (Photo: BENOIT TESSIER via Getty Images)
Le ministre de la Santé Olivier Véran et le premier ministre Jean Castex en amont d'une conférence de presse le 3 décembre 2020 (illustration). (Photo: BENOIT TESSIER via Getty Images)

POLITIQUE - “Fiasco”, “scandale d’État”, “désastre”... Dire que la stratégie de vaccination du gouvernement est contestée relève de l’euphémisme. En faisant savoir qu’il comptait accélérer les choses, Emmanuel Macron a lui-même admis une forme d’échec, raison pour laquelle il réunit ce lundi 4 janvier -et en urgence- une “réunion de travail et de suivi” portant uniquement sur cet aspect de la crise sanitaire.

En cause, la lenteur du processus. Et si Jean Castex et Olivier Véran avaient beau jeu de brandir la comparaison internationale pour se féliciter de la maîtrise épidémique en amont des fêtes de fin d’année, un coup d’œil rapide sur la situation chez nos voisins est cette fois loin d’être à notre avantage. À la date du 3 janvier, la France ne comptait que 516 personnes vaccinées, contre près d’un million en Grande-Bretagne, 114.349 en Italie et 238.809 en Allemagne. De son côté, le gouvernement jure qu’il ne s’agit pas vraiment d’un retard cruel mais d’un simple “décalage” qui sera rattrapé d’ici la fin du mois de janvier.

Des éléments de langage fleurant bon la communication de crise qui peinent à convaincre. Jean Rottner, président LR de la région Grand Est qui fut l’un des premiers élus à avoir été confronté à la gravité du coronavirus sur son territoire à la fin du mois de février 2020, a exprimé sa colère sur France 2.

“On poursuit une politique qui a fait les preuves de son échec dans le passé: les masques, les tests, aujourd’hui la vaccination. Quelque part, &ccedi...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.