Les fonctionnaires lorgnent les méthodes du privé

Fonctionnaires et fiers de l’être, les agents de la fonction publique ont décidé de faire mentir les clichés attachés à leur statut. A en croire une récente étude Deloitte/Ifop (hors Education nationale), une large majorité d’entre eux admettent que leurs méthodes de travail doivent évoluer.

Les deux tiers des agents interrogés regardent même avec bienveillance les recettes de management appliquées dans le privé : carrières bâties sur les compétences et le mérite, mobilité interne, adaptation aux changements… Sur les salaires, en revanche, ça coince encore : seul un petit tiers des sondés est partisan de l’introduction d’une part de variable. Enfin, même si les fonctionnaires jettent aujourd’hui un regard favorable sur l’entreprise, ceux qui envisagent de migrer versle privé sont encore très minoritaires.

> 76% se disent motivés par la mobilité (d’un ministère à l’autre, par exemple), mais pas au point de partir pour le privé.

> 30% seulement estiment normal d’être rémunéré au mérite.

> 64% souhaitent qu’on développe les compétences managériales à tous les niveaux de responsabilité.

> 64% sont favorables à une redéfinition des compétences sur le modèle du privé : polyvalence, adaptabilité, rendement.

> 71% sont favorables aux évaluations chiffrées du travail réalisé.

> 67% voudraient bénéficier d’une gestion individuelle et d’un accompagnement de leur carrière.

> 80% ­pensent que les méthodes de recrutement doivent évoluer, afin de mieux prendre en compte les compétences.

Retrouvez cet article sur capital.fr