La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 192,65
    -189,48 (-0,55 %)
     
  • Nasdaq

    13 304,19
    -125,79 (-0,94 %)
     
  • Nikkei 225

    27 824,83
    -259,67 (-0,92 %)
     
  • EUR/USD

    1,2158
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • HANG SENG

    28 194,09
    +166,52 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    35 700,40
    -3 933,67 (-9,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 192,99
    -4,93 (-0,41 %)
     
  • S&P 500

    4 148,38
    -25,47 (-0,61 %)
     

Les "États généraux de la laïcité" s'ouvrent-ils au plus mauvais des moments?

Anthony Berthelier
·Journaliste au HuffPost
·1 min de lecture
Les "États généraux de la laïcité" s'ouvrent-ils au plus mauvais des moments? (Photo: THOMAS SAMSON via AFP via Getty Images)
Les "États généraux de la laïcité" s'ouvrent-ils au plus mauvais des moments? (Photo: THOMAS SAMSON via AFP via Getty Images)

POLITIQUE - Aucun temps mort. Le gouvernement remet solennellement la laïcité au cœur du débat politique en lançant, ce mardi 20 avril, des ”États généraux” consacrés à la question. Au programme de cette journée qui s’ouvre en fin de matinée au Conservatoire national des arts et métiers à Paris: “une conférence de haut niveau entre des intellectuels de toutes les sensibilités”, selon les mots de Marlène Schiappa, la ministre chargée de la citoyenneté à l’origine de ce nouveau grand raout.

La colocataire de la place Beauvau, qui a fait de la défense de ce principe un thème de prédilection, veut ainsi créer l’occasion “de nous rassembler autour de la laïcité à la française.” “C’est un sujet de passion. L’idée est de dire: parlons-en ensemble et écoutons-nous”, fait-elle valoir dans un entretien au JDD publié dimanche 18 avril. Un vœu pieux?

À peine lancée, cette nouvelle initiative suscite de nombreuses interrogations ou critiques, sur la forme comme sur le fond, alors que ces enjeux rythment le débat public depuis des mois autour notamment de la loi portant sur les “séparatismes” encore en discussion au Parlement.

Et l’Observatoire de la laïcité?

Dans le détail, Marlène Schiappa veut voir fleurir, jusqu’à l’été, “des tables rondes et des groupes de travail sur la liberté d’expression la recherche, la jeunesse, l’intégration citoyenne.” Elle promet également une “carte blanche” à des associations et autres syndicats ou encore une “grande consultation avec Make.org auprès de 50.000 jeunes”.

La ...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.