Les discriminations au travail gagnent du terrain

Les discriminations sont encore légion dans le monde du travail. Près d'une personne interrogée sur trois affirme avoir déjà été victime d'une discrimination ou d'un harcèlement, dont 29% chez les salariés du privé et 30% parmi les fonctionnaires. Tel est le résultat d'une étude réalisée par l'Ifop pour l'Organisation internationale du travail (OIT) et le Défenseur des droits.

Ces chiffres sont en hausse par rapport à la dernière étude du même type, menée en janvier 2012. Ils étaient alors 28% dans le privé et 26% dans le public.

La majorité des sondés ayant été victimes de discriminations disent les avoir subies dans le cadre de leur travail au quotidien. Autres situations fréquentes : les entretiens d'embauche ou encore les demandes d'augmentation de salaire.

Les raisons varient entre le privé et le public. Chez les fonctionnaires, la cause principale est le sexe de la personne concernée (26%). D'ailleurs, dans ce secteur, les femmes sont bien plus nombreuses à se déclarer victimes de discrimination (36% contre 25% pour les hommes).

Dans les entreprises, les discriminations sont avant tout liées à l'âge (32%). Outre un accès restreint à la formation et des discriminations à l'embauche, de nombreuses personnes de plus de 50 ans sont régulièrement placées à l'écart des décisions stratégiques, soulignent les auteurs de l'étude. 19% des salariés du privé ont ainsi été témoins de "mises au placard".

Retrouvez cet article sur capital.fr