Les diplômés prêts à aider financièrement leur école

Les étudiants sont-ils prêts à mettre la main au porte-monnaie pour soutenir leur établissement ? Oui, selon le 2ème baromètre Alumni (ndlr, Anciens en anglais) sur la générosité des diplômés et des étudiants. Près de 47% des Anciens interrogés seraient prêts à faire un don en priorité pour soutenir les aides accordées par les écoles aux étudiants les plus défavorisés, mais pas seulement. Ces sommes ont vocation à financer la création de nouveaux programmes ou d'intensifier le rayonnement international des établissements tricolores, souvent mis à mal dans les classements internationaux ces dernières années.

Ces bonnes intentions ont cependant du mal à se concrétiser, quand il s'agit de passer à l'acte. Seuls 7% des sondés signent effectivement un chèque, principalement dans les écoles d'ingénieurs ou de commerce. Compte tenu de la crise, les intentions de don sont en chute libre, constate le baromètre (-16 points) : seuls 35% des 1.000 diplômés interrogés prévoient d'envoyer un pécule à leur ancien établissement. La plupart - un donateur sur cinq - envoie de l'argent uniquement après avoir été sollicité.

Plus de 31 millions d'euros collectés par Polytechnique

Attirées par cette manne financière, toutes les grandes écoles d'ingénieurs et de commerce tricolores ont monté des équipes dédiées au "fundraising", capable d'entretenir les liens et d'organiser des soirées de collecte. Depuis 2008, l'Ecole Polytechnique organise par exemple une "soirée des donateurs", qui lui ont permis d'amasser plus de 31,6 millions d'euros, via 2.370 généreux anciens diplômés. Avec sa campagne Rising Talents, lancée en 2010, l'Edhec compte lever 30 millions d'euros d'ici fin 2015. La Fondation HEC affiche pas moins de 14,8 millions d'euros de dons cette année.

Ces levées de fonds sont ...

... Lire la suite sur capital.fr