La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 600,66
    +54,17 (+0,83 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 126,70
    +30,63 (+0,75 %)
     
  • Dow Jones

    34 479,60
    +13,36 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,2107
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 879,50
    -16,90 (-0,89 %)
     
  • BTC-EUR

    29 441,56
    -1 427,01 (-4,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    924,19
    -17,62 (-1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    70,78
    +0,49 (+0,70 %)
     
  • DAX

    15 693,27
    +122,05 (+0,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 134,06
    +45,88 (+0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 069,42
    +49,09 (+0,35 %)
     
  • S&P 500

    4 247,44
    +8,26 (+0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 948,73
    -9,83 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,25 (+0,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,4117
    -0,0060 (-0,42 %)
     

Les députés LREM se déchirent sur le retour de l'euthanasie à l'Assemblée

·1 min de lecture
Jean-Louis Touraine (à gauche) et Christophe Castaner (Photo: AFP)
Jean-Louis Touraine (à gauche) et Christophe Castaner (Photo: AFP)

EUTHANASIE - “Éviter le bordel” ou “volte-face”? Le délicat sujet de la fin de vie a provoqué ce mardi 18 mai une poussée de fièvre parmi les députés LREM, divisés sur l’opportunité de remettre une proposition de loi d’Olivier Falorni pour l’autoriser à l’ordre du jour.

En effet, quelque 300 députés de tous bords, soit plus de la moitié de l’Assemblée nationale, ont demandé début mai au Premier ministre Jean Castex d’inscrire au menu cette proposition de loi dont l’examen n’avait pu aller à son terme en avril.

Le sujet est revenu en réunion du groupe majoritaire, alors qu’un des parlementaires en pointe, Jean-Louis Touraine, plaidait pour une question au gouvernement afin d’obtenir une réponse. Le patron des députés LREM Christophe Castaner a jugé que ce n’était “pas la bonne méthode”.

“Tu as fait volte-face (...) Es-tu le serviteur zélé de l’exécutif?”, lui aurait alors demandé le parlementaire, selon des propos rapportés par plusieurs sources parlementaires à l’AFP. Ce à quoi Christophe Castaner lui aurait sèchement répliqué: “Je n’ai pas beaucoup de leçons à recevoir à titre personnel. Ma responsabilité est d’éviter le bordel. (...) Comme président de groupe, je cherche à défendre les sujets de groupe. Il m’arrive dans mes prises de position de prendre en compte l’avis du président de la République et du gouvernement”.

“Une question d’actualité sur la fin de vie serait une faute politique”, aurait tranché le président de groupe.

“Il doit s’interro...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.