Les coûts de l'Airbus présidentiel épinglés par un député

L'Airbus présidentiel, commandé par Nicolas Sarkozy et conservé par François Hollande, continue de faire parler de lui. Cette fois, c'est au tour d'un député UMP, Jérôme Chartier, de dénoncer le coût de l'appareil, en raison de sa… trop faible utilisation par le nouveau président.

Dans le cadre de la réduction des dépenses de l'Elysée, Hollande a affiché sa volonté de prendre le train le plus souvent possible, et de réserver l'A 330, surnommé un temps "Air Sarko One" en référence à l'Air Force One du président américain, aux trajets longue distance. Objectif affiché : rogner de 6,2% le poste "Déplacements" du budget de la présidence, à 18,2 millions d'euros.

Mais "un appareil qui n’est pas utilisé coûte néanmoins en maintenance", souligne Jérôme Chartier dans son rapport "Pouvoirs publics" , réalisé dans le cadre du projet de loi de Finances 2013. Il rappelle notamment que les pilotes ont effectué 158 heures de vol à vide depuis le mois de mai, afin de maintenir une qualification opérationnelle. Ce qui représente un coût de 3,4 millions d'euros.

En cumulant les vols, l'entretien ou encore l'entraînement des pilotes, l'appareil pourrait coûter chaque année pas moins de 25,9 millions d'euros, selon le député. Mais ces charges ne sont pas intégrées par l'Elysée, qui prend seulement en compte les heures de vol, facturées 21.634 euros l'unité.

En 2013, ces heures de vol devraient coûter environ 2,6 millions d'euros, estime le député, en prenant pour hypothèse que le chef de l'Etat réalisera 1 trajet de 10 heures tous les mois. Si les coûts fixes étaient pris en compte, il faudrait donc inscrire un déficit supplémentaire de...

Retrouvez cet article sur capital.fr