La bourse ferme dans 11 min

APL : le gel des allocations après la baisse de 5 euros

Getty / Illustration

A la rentrée, le montant des APL ne sera pas revalorisé. Conséquence, une baisse de pouvoir d’achat de 4,2 euros par mois. En 2017, le gouvernement avait baissé l’allocation de 5 euros.

C’est une baisse qui ne dit pas son nom. Le montant des APL ne sera pas revalorisé à la rentrée, comme c’est le cas chaque 1er octobre, selon l’évolution des prix des loyers calculé par l’Insee.

Cette année, la hausse aurait dû atteindre 4,2 euros en moyenne soit autant d’argent que ne toucheront pas les bénéficiaires de l’aide pour le logement. C’est la Fondation Abbé Pierre qui a révélé ce détail niché dans le budget 2018, et qui publie ce calcul en se basant sur le montant moyen des APL, 231 euros.


 


“Un scandale d’Etat”

Le directeur des études de la fondation, Manuel Domergue, juge la mesure “encore plus injuste” que la baisse de cinq euros de l’an dernier. A l’Assemblée, le député communiste Sébastien Jumel s’est emporté contre le gouvernement : “Ils ont dit que c’était une connerie, et ils la réitèrent : c’est un scandale d’État”. A l’été 2017, Edouard Philippe avait parlé de décision “pas intelligente” au sujet de la baisse de 5 euros des APL.

Les membres du gouvernement tentent de dégonfler la polémique. “Il ne s’agit pas d’une baisse (…) mais tout simplement d’une non-augmentation. Je veux bien qu’on ressorte tous les trois ou six mois la question des cinq euros d’APL sous une forme ou une autre, mais que l’on compare avec ce qui est essentiel”, a déclaré Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires.

Une annonce qui devrait certainement susciter la colère des bénéficiaires des aides au logement, déjà touchés au portefeuille en 2017. Le gouvernement avait en effet décidé de réduire de 5 euros le montant des APL, une mesure qui avait créé la polémique jusque sur les bancs de l’Assemblée. Jean-Luc Mélénchon avait fait 5 euros de courses, avant de les déballer dans l’hémicycle pour montrer l’impact de la baisse sur le budget des plus modestes.