La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 612,76
    -21,01 (-0,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,30
    -27,47 (-0,67 %)
     
  • Dow Jones

    34 935,47
    -149,06 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1872
    -0,0024 (-0,20 %)
     
  • Gold future

    1 816,90
    -18,90 (-1,03 %)
     
  • BTC-EUR

    35 641,35
    +199,65 (+0,56 %)
     
  • CMC Crypto 200

    955,03
    +5,13 (+0,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,81
    +0,19 (+0,26 %)
     
  • DAX

    15 544,39
    -96,08 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 032,30
    -46,12 (-0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 672,68
    -105,59 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 395,26
    -23,89 (-0,54 %)
     
  • Nikkei 225

    27 283,59
    -498,83 (-1,80 %)
     
  • HANG SENG

    25 961,03
    -354,29 (-1,35 %)
     
  • GBP/USD

    1,3908
    -0,0050 (-0,35 %)
     

L'entreprise Carmat a vendu pour la première fois un coeur artificiel, en Italie

·1 min de lecture

Pour la première fois, l'entreprise Carmat créée en 2008 a vendu un exemplaire de son coeur artificiel total : commercialisé sous la marque Aeson, il a été implanté sur un patient en Italie afin de servir de relais dans l'attente d'une greffe, une étape importante annoncée lundi par la medtech française. Cette implantation a été "réalisée par l’équipe du Dr Ciro Maiello, chirurgien cardiaque au centre hospitalier de Naples, l'un des centres bénéficiant de la plus grande expérience en matière de cœurs artificiels en Italie", affirme la société dans un communiqué.

Pour Carmat, qui a réalisé une augmentation de capital de 56 millions d’euros en mars, cette implantation "marque la première vente réalisée (...) depuis sa création en 2008" et représente "une étape majeure, qui ouvre une nouvelle page du développement de la société". Ce cœur vise à offrir une alternative thérapeutique aux malades souffrant d'insuffisance cardiaque biventriculaire terminale.

>> LIRE AUSSI -EXCLU EUROPE 1 - Plongée dans l'usine Carmat, berceau du coeur artificiel

Aucun coeur Aeson n'avait encore à ce jour été utilisé en dehors du cadre d'une étude clinique, a précisé une porte-parole à l'AFP, indiquant que le coût financier de l'opération, supérieur à 150.000 euros, a été pris en charge par "le système régional de santé", en attendant un remboursement national qui, en Italie, prend le relais "après plusieurs années d'utilisation". 

Un "pont" en attendant la greffe

Le 15 juillet, Carmat avait ann...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles