La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 945,58
    +68,61 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    14 253,27
    +111,79 (+0,79 %)
     
  • Nikkei 225

    28 884,13
    +873,20 (+3,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,1942
    +0,0017 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 309,76
    -179,24 (-0,63 %)
     
  • BTC-EUR

    27 283,54
    -251,82 (-0,91 %)
     
  • CMC Crypto 200

    775,78
    -18,55 (-2,33 %)
     
  • S&P 500

    4 246,44
    +21,65 (+0,51 %)
     

L'Ena et la préfectorale, deux morts sur ordonnance

·2 min de lecture

Le Conseil des ministres va adopter cette semaine l'ordonnance prévoyant la suppression de l'Ecole nationale d'administration.

Fin de l'ENA et coup de torchon dans les "grands corps" de l'Etat: la réforme promise par Emmanuel Macron après la crise des "gilets jaunes" entre dans sa phase finale avec la présentation mercredi en Conseil des ministres d'une ordonnance décriée par les principaux intéressés et les syndicats.

Préparée par la ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Amélie de Montchalin, la réforme vise à "refonder" celle du général de Gaulle de 1945.

Elle prévoit la suppression de la prestigieuse Ecole nationale d'administration, remplacée par un Institut national de service public (INSP) à compter du 1er janvier 2022.

Basé à Strasbourg, il sera "plus ouvert à l'égalité des chances" et sa formation "plus en lien avec le monde académique", assure Mme de Montchalin.

L'INSP doit former l'ensemble des cadres de l'État avec un "tronc commun" pour 14 écoles du service public, y compris les corps techniques (ingénieurs des travaux publics, hospitaliers, territoriaux...).

En outre, 74 classes préparatoires doivent permettre chaque année à 1.700 élèves boursiers parmi les plus méritants de l'enseignement supérieur de préparer les concours donnant accès aux postes d'encadrement. Une dizaine de places supplémentaires maximum (15%) leur seront réservées à l'INSP.

Côté "grands corps de l'Etat", le projet d'ordonnance supprime leur intégration directe à la sortie du futur INSP comme les carrières à vie dans les inspections générales ou fonctions juridictionnelles.

Suppression du corps préfectoral

Il prévoit un passage initial obligé par un nouveau corps d'administrateurs d'Etat indifférencié et rend obligatoires deux mobilités en début ou milieu de carrière. Il vise "à faire disparaître la logique de corps pour une logique de métier, sauf pour la Cour des comptes et le Conseil d'Etat, corps juridictionnels", selon le ministère.

Les autres corps, en particulier celui des préfets, disparaissent et seront adaptés en fonction des métiers.

Dans une note confidentielle au gouvernem[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles