Marchés français ouverture 7 h 30 min
  • Dow Jones

    29 260,81
    -329,60 (-1,11 %)
     
  • Nasdaq

    10 802,92
    -65,00 (-0,60 %)
     
  • Nikkei 225

    26 431,55
    -722,28 (-2,66 %)
     
  • EUR/USD

    0,9615
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • HANG SENG

    17 855,14
    -78,13 (-0,44 %)
     
  • BTC-EUR

    19 943,33
    +216,45 (+1,10 %)
     
  • CMC Crypto 200

    438,96
    +5,86 (+1,35 %)
     
  • S&P 500

    3 655,04
    -38,19 (-1,03 %)
     

L'emploi américain permet à la Bourse de Paris de souffler (+2,21%)

Un rapport bien accueilli par les investisseurs sur le marché de l'emploi américain a permis à la Bourse de Paris de rebondir fortement de 2,21% vendredi, pas assez cependant pour compenser les six séances précédentes en baisse.

L'indice CAC 40 a pris 133,20 points à 6.167,51 points, sa plus forte hausse sur une séance depuis le 24 juin, dans un volume d'échanges modéré de 2,9 milliards d'euros. Mais sur la semaine, il a perdu du terrain, 1,70%, creusant sa perte à 13,78% depuis le début de l'année.

La cote parisienne avait entamé son rebond dès l'ouverture, mais de manière modeste, avant d'accélérer significativement après la publication du rapport mensuel de l'emploi américain pour le mois d'août.

Le taux de chômage aux Etats-Unis est reparti à la hausse en août, et les créations d'emplois ont ralenti, un signal paradoxalement positif car la lutte contre l'inflation passe par un ralentissement économique, même si le marché du travail américain reste très tendu.

"Ces chiffres ne sont ni trop bons, ni trop mauvais, ce qui fait plaisir aux marchés. Ils valident le scénario du +soft landing+ (atterrissage en douceur) de l'économie" que vise la banque centrale américaine (Fed) dans sa lutte contre l'inflation, explique Alexandre Neuvy, gérant d'Amplegest.

Mais "on est très dépendant des données, au jour le jour", nuance-t-il, chaque nouvelle publication faisant bouger les marchés qui ajustent leur scénario économique.

La réaction boursière a aussi été amplifiée après les neuf séances de baisse de l'indice parisien sur les dix dernières. Les investisseurs ont été marqués par la détermination des banquiers centraux, notamment de la Fed, à remonter leurs taux directeurs après un été à espérer un pivot.

Sur le marché de la dette, le taux d'intérêt de la France a diminué légèrement, après trois semaines de tendance haussière, le rendement de l'emprunt à 10 ans, qui fait référence, finissant à 2,14%.

Tout le CAC en vert

Si toutes les valeurs du CAC 40 ont fini dans le vert vendredi, on retrouve parmi les principaux gagnants des valeurs ayant fortement baissé dans la semaine comme ArcelorMittal (+4,29% à 23,23 euros) et TotalEnergies (+2,69% à 51,56 euros) dans les matières premières.

Engie (+3,01% à 12,17 euros) a aussi rebondi au lendemain de l'annonce d'un cinquième projet de terminal flottant d'importation de gaz naturel liquéfié (GNL) par le gouvernement allemand, dans lequel il participera avec le belge TES et de l'allemand Eon.

Nouveau parquet pour Parker

L'ancien basketteur Tony Parker a fait une apparition dans les locaux de l'opérateur de la Bourse de Paris Euronext le jour de l'introduction en Bourse de l'entreprise Smart Good Things, qui produit des boissons et dont il est administrateur et actionnaire.

L'entreprise s'est lancée en Bourse via la technique de l'admission directe, ce qui signifie que l'opération n'a pas nécessité de levée de fonds. Quelques minutes avant la clôture de la séance, le prix de l'action n'avait pas bougé, à 95,76 euros, ce qui valorisait l'entreprise dirigée par l'homme d'affaires Serge Bueno à un peu plus de 100 millions d'euros.

Euronext CAC40

fs/kd/er