Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 841,55
    +34,78 (+0,09 %)
     
  • Nasdaq

    16 809,09
    +14,21 (+0,08 %)
     
  • Nikkei 225

    38 946,93
    -122,75 (-0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,0854
    -0,0007 (-0,07 %)
     
  • HANG SENG

    19 220,62
    -415,60 (-2,12 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 264,66
    +1 293,56 (+2,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 515,41
    +26,87 (+1,81 %)
     
  • S&P 500

    5 315,74
    +7,61 (+0,14 %)
     

L'empire Mulliez dans la tourmente : plusieurs de ses membres soupçonnés de fraude

mimpki

L'organisation des sociétés et holdings de l'empire Mulliez, détenteur d'Auchan, Leroy Merlin ou Décathlon, est au cœur d'une enquête menée à Paris sur des soupçons de fraude fiscale, dans laquelle plusieurs héritiers de la famille ont été mis en examen. Une sorte de pacte d'actionnaires régit la «galaxie» d'entreprises Mulliez à la structure complexe et opaque : elle mélange des sociétés civiles détenues par la famille et des holdings gérant les enseignes. Seuls les descendants du couple Mulliez d'origine, Louis et Marguerite, ainsi que leurs conjoints, communément appelés «valeurs ajoutées», sont autorisés à posséder des participations. Tous ont intégré l'Association familiale Mulliez (AFM), un groupement d'intérêt économique aujourd'hui fort de plusieurs centaines de membres basé à Roubaix et créé en 1955.

En 2012, selon une source judiciaire confirmant une information de Libération, un ex-membre de la famille, Hervé Dubly, dénonce dans une première plainte à Lille «des prêts très élevés sans écrits et sans intérêts accordés» par des structures du groupe «à des sociétés étrangères (plusieurs centaines de millions) et à des personnes physiques via des sociétés civiles personnelles ou familiales (plusieurs millions)». Le plaignant y voit des prêts opaques et sans justification apparente constituant un abus de confiance, notamment en ce qu'ils ne respecteraient pas l'égalité entre les associés.

L'enquête, confiée depuis de nombreuses années à des juges financiers parisiens, se (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Colère des agriculteurs : Emmanuel Macron ne croit pas à la fin des mouvements
Guerre en Ukraine : Emmanuel Macron persiste et signe sur la possibilité d'envoyer des troupes au sol
Paris : les éboueurs menacent de paralyser les JO 2024 avec deux préavis de grève
Bruno Le Maire convoque le PDG de la SNCF après l'accord sur les fins progressives de carrière
Carla Bruni entendue comme «mise en cause» dans l'enquête sur le financement libyen impliquant Sarkozy