Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    -0,0033 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 348,40
    +30,40 (+1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 092,10
    +363,31 (+0,59 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 382,12
    -35,75 (-2,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,49
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,32 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2686
    -0,0074 (-0,58 %)
     

Leclerc : une salariée licenciée pour avoir fait grève ?

OceanProd/Adobe Stock

Une employée du E.Leclerc de Vallauris, dans les Alpes-Maritimes, a eu la mauvaise surprise de recevoir, mercredi 3 mai, dans sa boîte aux lettres, son courrier de licenciement pour "faute grave", relate 20 Minutes. Officiellement, son employeur lui reproche ses bavardages, ses retards, l'utilisation de son téléphone dans les rayons ou encore ses nombreuses pauses. Mais pour les syndicats, cette salariée a été remerciée, car elle était gréviste. "On lui fait payer le fait d’avoir fait grève contre la réforme des retraites", affirme son compagnon, responsable syndical SUD-Rail, qui indique qu'elle va saisir les Prud'hommes.

Le début de l'affaire avait fait grand bruit. Alors qu'une manifestation en soutien avait été organisée devant l'hypermarché, la salariée avait dû se rendre à un entretien préalable à son licenciement. "Son seul 'crime' est d’avoir osé utiliser son droit de grève", fustigeaient alors la CGT, la CFDT, la FSU et Solidaires 06, dans un communiqué. Pour les syndicats, c'est son engagement contre la réforme des retraites et ses jours de débrayage qui lui ont valu ce licenciement. "J’étais la seule à suivre le mouvement. Et je suis la seule à avoir été écartée. C’est un licenciement abusif. Ils bafouent le droit de grève", a lancé la salariée, interrogée par 20 Minutes.

Dans le courrier de licenciement, la direction du magasin détaille précisément ses griefs, heures et dates précises à la clé "sans doute récupérées par la vidéosurveillance", avance le responsable syndical (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Michelle Obama lance une marque alimentaire de produits sains pour les enfants
Premier vol pour l’hélicoptère d’attaque turc T929
EasyJet : les candidatures pour devenir pilote ouvertes
Il mange une œuvre d'art à plusieurs dizaines de milliers d'euros
Twitter : son ancien patron ne croit pas en Elon Musk pour diriger correctement le réseau social