Marchés français ouverture 2 h 5 min

Leclerc : un chiffre d'affaires en hausse, mais une rentabilité qui reste faible

Ce dimanche 9 février, le PDG de Leclerc a fait le point sur la situation économique du groupe et notamment sur les bons résultats de 2019.

Le géant français de la grande distribution E. Leclerc a assuré dimanche 9 février qu'il avait enregistré une solide activité en 2019, revendiquant la meilleure performance du secteur, mais admis que sa rentabilité était restée "faible". "Malgré un contexte économique difficile, une consommation erratique, parfois rétive et, surtout, les nombreuses perturbations dues aux crises sociales, Leclerc a enregistré le plus beau score de la distribution française", a déclaré Michel-Edouard Leclerc, président du colosse coopératif, dans un entretien au Journal du Dimanche (JDD). "Notre chiffre d'affaires a progressé de près de 3 % pour atteindre 48,2 milliards d'euros tous produits confondus", a-t-il détaillé.

Ce chiffre s'entend néanmoins en prenant en compte les carburants, produits d'appel que la grande distribution vend presque sans marge. Plus représentatifs, les revenus hors carburants doivent être donnés lundi dans le cadre de la présentation officielle des chiffres du groupe. Pour 2018, E.Leclerc avait publié un chiffre d'affaires hors carburants de 37,75 milliards d'euros, en progression de 1,5% sur l'exercice précédent. "Nous avons bien fait de ne pas céder aux injonctions de tous ceux qui nous demandaient d'augmenter nos prix", s'est félicité Michel-Edouard Leclerc qui rapporte que son groupe a ainsi attiré 350 000 clients supplémentaires en 2019 par rapport à l'année précédente.

Toutefois, la marge nette, indicateur de la rentabilité du groupe, "reste faible" à 1,9%, a admis Michel-Edouard Leclerc, l'expliquant en particulier par d'importantes dépenses en matière de nouvelles embauches. "On investit beaucoup", a-t-il expliqué. "On veut rendre les magasins plus attractifs, et devenir plus compétents et plus experts. Du coup, nous devons recruter de nouveaux profils. Sur cinq ans nous aurons (...)

Lire la suite sur Capital

Ce contenu peut également vous intéresser :

Ces enseignes d'habillement qui surmontent la crise la tête haute
Nasa : de nombreux dysfonctionnements découverts sur la capsule spatiale de Boeing
Une Bugatti vendue aux enchères à Paris pour un montant record
La date de lancement de la plateforme Salto connue
Le prince Harry et Meghan, invités d'honneur d'une banque américaine