La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 008,38
    -265,49 (-0,88 %)
     
  • Nasdaq

    11 114,98
    -33,66 (-0,30 %)
     
  • Nikkei 225

    27 311,30
    +190,80 (+0,70 %)
     
  • EUR/USD

    0,9810
    -0,0075 (-0,76 %)
     
  • HANG SENG

    18 012,15
    -75,82 (-0,42 %)
     
  • BTC-EUR

    20 495,55
    -224,74 (-1,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    457,24
    -5,88 (-1,27 %)
     
  • S&P 500

    3 758,03
    -25,25 (-0,67 %)
     

L'eau, une valeur plus précieuse que jamais

(c) AFP

Après un été de sécheresse inédit, les entreprises qui gèrent les réseaux de distribution et de traitement des eaux deviennent un thème plus que jamais attractif pour les investisseurs.

En plus d'être a aussi été . Sur les trois derniers mois, le pays a enregistré un déficit de précipitations de 25% par rapport à la moyenne des années 1990 à 2020. En juillet, ce déficit a même atteint 85%, ce qui en fait le mois de juillet le plus sec jamais mesuré dans l'Hexagone. Ce record inquiétant permet de prendre conscience de la valeur grandissante de l'eau dans notre futur proche.

Il n'est bien sûr pas question de "spéculer" sur la pénurie d'eau, mais plutôt d'investir dans les entreprises qui gèrent et préservent ce bien qui sera de plus en plus précieux. Car même si l'eau recouvre 72% de la planète, seulement 0,25% est directement utilisable par l'homme. D'où l'intervention des Etats, mais aussi des entreprises pour distribuer cette ressource.

Lire aussi

Des nouvelles zones de sécheresse chronique

Commençons par un cocoric… eau: le numéro un mondial du secteur est français, il s'agit de (ex-Générale des eaux), qui gère les réseaux de distribution et de traitement de l'eau de nombreuses municipalités en France et à l'étranger. Mais il existe d'autres acteurs dans tous les pays, notamment aux Etats-Unis, par exemple Middlesex Water, qui exploite des réseaux d'eau, notamment dans le New Jersey et le Delaware. Plusieurs fonds se sont emparés du sujet, comme Aqua ou Pictet Water, un des pionniers du secteur, créé en 2000.

"La population mondiale est en constante augmentation, tandis que l'eau reste une ressource finie. Et le réchauffement climatique désorganise un peu plus la distribution avec de nouvelles zones de sécheresse chronique" , explique Hervé Thiard, directeur général de Pictet AM. Ces fonds investissent à la fois dans les services aux collectivités et dans des valeurs technologiques qui parviennent à optimiser l'usage de l'eau. Ce qui donne des portefeuilles diversifiés, performants en phase de hausses et plus résistants dans les périodes de baisse. Et sur longue période, la thématique paie: depuis son lancement au début des années 2000, le fon[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi