Le prix de l'essence remonte, le gouvernement sous pression

Les carburants n'ont pas fini de donner du fil à retordre au gouvernement. Les tarifs de l'essence sont légèrement remontés la semaine dernière. Vendredi, le SP 95 valait 1,4978 centime d'euro le litre en moyenne France, contre 1,4855 la semaine précédente, selon les données du ministère du Développement durable.

Et ce mouvement pourrait s'accentuer d'ici la fin du mois. Les prix risquent en effet de bondir mécaniquement, en raison de l'arrivée à terme du dispositif mis en place par le gouvernement pour limiter la hausse de la facture.

Pour rappel, l'exécutif avait annoncé fin août une baisse de 6 centimes d'euro des prix du litre d'essence et de gazole. Cet effort, partagé entre l'Etat, via une baisse des taxes de 3 centimes d'euro par litre, et les distributeurs, qui ont dû rogner leurs marges, devait durer 3 mois.

Ce geste a permis de faire reculer immédiatement les prix à la pompe. Et le repli s'est poursuivi les semaines suivantes, aidé par le reflux des cours du pétrole. Le prix du baril de référence WTI a en effet baissé de 7,7% au cours des trois derniers mois, pour tomber à moins de 89 dollars.

Conséquence : le tarif du gazole a reculé de 9,6 centimes entre le 24 août et le 16 novembre. Le repli atteint 15 centimes pour le sans plomb 95.

L'expiration de l'aide gouvernementale fin novembre entraînera de facto une hausse de 6 centimes. Pour éviter que le choc ne soit trop brusque pour les consommateurs, l'exécutif réfléchit donc à plusieurs options.

Selon le JDD, Bercy planche notamment sur l'éventualité d'un relèvement progressif des prix. Mais une autre idée semble tenir la corde : une aide financière pour les ménages modestes, qui pourrait être calée sur une allocation déjà existante destinée aux plus démunis.

Avant même d'être dévoilée, cette solution est déjà critiquée. "Il n'y a pas que ...

... Lire la suite sur capital.fr