La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 644,52
    +381,04 (+1,30 %)
     
  • Nasdaq

    11 905,76
    +50,79 (+0,43 %)
     
  • Nikkei 225

    25 527,37
    -106,93 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1853
    -0,0010 (-0,08 %)
     
  • HANG SENG

    26 486,20
    +34,66 (+0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    15 533,19
    -19,88 (-0,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    364,22
    +2,79 (+0,77 %)
     
  • S&P 500

    3 582,81
    +25,27 (+0,71 %)
     

Les leçons de Christine Lagarde au Women’s Forum

·2 min de lecture

Même en pleine crise, Christine Lagarde ne manque jamais à l’appel quand il s’agit de plaider pour un meilleur partage du pouvoir entre les hommes et les femmes. Malgré les circonstances, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE) a donc participé à la première édition numérique du Women’s Forum for the Economy and Society, jeudi 19 novembre, quelques heures après avoir tiré la sonnette d’alarme sur la situation économique du Vieux Continent. Les pays de l’Union doivent mettre en place « sans délai » leur plan de relance, avait-elle a averti le matin même, alors que la Hongrie et la Pologne bloquent l’adoption du projet « Next Generation EU » et de son budget de 750 milliards d’euros. L’après-midi, elle dialoguait avec Susan Goldberg, la rédactrice en chef de la revue américaine National Geographic, sur la place des femmes dans le monde post-Covid.

"Pendant cette crise, les femmes ont porté une grande partie du fardeau », a rappelé Christine Lagarde, évoquant le cumul des tâches entre télétravail, éducation des enfants et tâches domestiques. " Partager ce fardeau est pourtant nécessaire ", affirme l’ancienne directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) pour qui " la particularité de cette crise est qu’elle touche les secteurs des services ", alors que les précédentes concernaient principalement l’industrie. Il s’agit donc de secteurs, comme l’hôtellerie, la restauration ou le tourisme, où les femmes sont souvent majoritaires. Mais " elles seront moins nombreuses que les hommes à retrouver leur travail, et elles le feront moins vite ", prédit Christine Lagarde. Autre effet de la crise, " on constate une légère régression de la place des femmes aux postes exécutifs dans les entreprises " dans certains pays comme l’Allemagne ou la Suède.

Celle qui fut un temps la femme la plus puissante du monde n’hésite pas à reconnaître les difficultés rencontrées lors d’une ascension comme la sienne. Ayant fait carrière dans le droit, la finance et l’économi[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi