Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 851,73
    -217,86 (-0,56 %)
     
  • Nasdaq

    17 015,32
    +94,53 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    38 855,37
    -44,65 (-0,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,0875
    +0,0015 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    18 821,16
    -6,19 (-0,03 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 365,79
    -2 258,29 (-3,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 471,16
    -25,30 (-1,69 %)
     
  • S&P 500

    5 307,81
    +3,09 (+0,06 %)
     

L'avocate de la mère d'Eya, retrouvée au Danemark après son enlèvement, raconte "le soulagement" de sa cliente

L'avocate de la mère d'Eya, retrouvée au Danemark après son enlèvement, raconte "le soulagement" de sa cliente

Après plus de 24 heures d'attente, le soulagement. L'avocate de la mère d'Eya, petite fille de 10 ans enlevée jeudi par son père et un complice près de Grenoble puis retrouvée ce vendredi en fin d'après-midi au Danemark, a raconté sur BFMTV l'état d'esprit dans lequel se trouve sa cliente.

"C'est un grand soulagement pour elle. C'est une bonne nouvelle qu'on attendait (...) Cela fait deux jours que sa mère ne vivait plus", a confié Me Mélanie Muridi sur notre antenne.

Selon l'avocate, la mère de la fillette, Amira, est "contente" et "n'attend qu'une chose: enfin serrer sa fille dans ses bras." Pour l'instant, elle ne sait pas encore si sa cliente va se rendre au Danemark pour retrouver sa fille ou si Eya va être rapatriée à Fontaine, en Isère, où elle habite. D'après Nathalie, membre du collectif de soutien à Amira, sur BFMTV, la mère de la petite fille va bien se rendre au Danemark.

Concernant l'état de santé de la petite fille, Mélanie Muridi a assuré qu'elle était saine et sauve mais allait "comme peut aller une petite fille qui a vécu un enlèvement".

Une information judiciaire ouverte

Dans la foulée de l'annonce de la découverte d'Eya, son père et son complice ont été interpellés.

PUBLICITÉ

"La procédure judiciaire va maintenant suivre son cours pour avoir les détails et savoir comment il est arrivé à organiser cet enlèvement", a commenté l'avocate.

Une information judiciaire a d'ailleurs été ouverte ce vendredi à 14h des chefs de violences aggravées de trois circonstances après l'enlèvement de l'enfant de 10 ans devant son établissement scolaire.

Ces circonstances sont l'incapacité totale de travail (ITT) inférieur à 8 jours sur la mère de l'enfant et les violences sans ITT sur la petite fille pour le père de l'enfant et son complice, et soustraction par ascendant pour le père, complicité de soustraction par ascendant pour l'homme qui l'accompagne.

Article original publié sur BFMTV.com