La bourse ferme dans 1 h 51 min
  • CAC 40

    6 725,67
    +56,70 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,34
    +27,90 (+0,71 %)
     
  • Dow Jones

    33 754,20
    -98,33 (-0,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,0384
    +0,0049 (+0,48 %)
     
  • Gold future

    1 772,00
    +8,30 (+0,47 %)
     
  • BTC-EUR

    16 229,02
    +292,54 (+1,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    399,93
    -0,77 (-0,19 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,92
    +2,72 (+3,48 %)
     
  • DAX

    14 398,43
    +42,98 (+0,30 %)
     
  • FTSE 100

    7 593,47
    +81,47 (+1,08 %)
     
  • Nasdaq

    11 006,07
    +22,29 (+0,20 %)
     
  • S&P 500

    3 952,56
    -5,07 (-0,13 %)
     
  • Nikkei 225

    27 968,99
    -58,85 (-0,21 %)
     
  • HANG SENG

    18 597,23
    +392,55 (+2,16 %)
     
  • GBP/USD

    1,2004
    +0,0054 (+0,45 %)
     

L'avenir sourit aux nettoyeurs, ces spécialistes du retournement des entreprises

Photos : S. Motagne/PhotoPQR/ La Voix du Nord /MaxPPP - SP - E. Piermont/AFP - M. Bertrand/ Challenges

Ces spécialistes de la gestion de crise sont l'ultime solution avant le dépôt de bilan. Leur mission : assainir l'entreprise, des finances à la gouvernance. Coup de projecteur sur leurs méthodes… et leurs états d'âme.

On n'est pas des mecs gentils, on est plutôt des bad boys. Patrick Puy joue la provoc. Dans l'imaginaire des Français, il se placerait probablement entre l'huissier de justice et le croque-mort. Et pourtant, il n'a pas d'état d'âme. A son actif, plusieurs décennies de gestion de crise, des milliers d'emplois sacrifiés, mais aussi des dizaines d'entreprises sauvées du naufrage : TDF, le verrier Arc International ou encore Vivarte en ont fait l'expérience. "On nous appelle quand il n'y a plus de solutions, Nous sommes le symbole que tout va mal, insiste-t-il. Les gens comprennent qu'il y aura de la douleur… mais aussi de l'espoir."

A 66 ans, ce "secouriste" des entreprises en péril, comme il aime se définir, vient de créer un fonds de retournement baptisé Equerre, pour "remettre d'équerre" les PME et ETI fragilisées. Le moment paraît sombrement opportun. Depuis le deuxième trimestre de cette année, le nombre de défaillances d'entreprises, en France, est nettement reparti à la hausse : 37.000 incidents, au total, ont été enregistrés entre octobre 2021 et septembre 2022 par la Banque de France, dont les experts précisent toutefois que ce chiffre reste inférieur de 28% par rapport à la période pré-Covid. Mais le pire est peut-être à venir.

Les sauveteurs d'entreprises monnaient cher leurs talents

"Beaucoup de boîtes n'auraient pas dû survivre à la crise sanitaire et d'autres se retrouvent impactées par la guerre en Ukraine", observe Arnaud Marion, expert dans la gestion de crise, qui a eu à traiter plus de 300 dossiers au fil de ses trente ans de carrière, dont Solocal ou Vélib'. Les montagnes de cash injectées par l'Etat depuis 2020 n'ont pas créé un bon climat pour les entreprises en difficulté. Les étalements et reports de dettes ont agi comme un anesthésiant. Faisant disparaître toute pression qui pousserait un actionnaire à vendre.

Lire aussiFermetures, rachats, licenciements : la gueule de bois du quick commerce

L'avenir est donc plutôt rose pour les spécialistes [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi