Marchés français ouverture 3 h 3 min

L'avenir de l'électricité sera décarboné, digital et local, ou ne sera pas

latribune.fr

« Devant un ennemi, il n'y a qu'un mot qui vaille : aux armes ! » Et quel ennemi ! En ce début de XXIe siècle, les mots d'Euripide viennent prendre la forme mouvante et menaçante du réchauffement climatique, ennemi déclaré d'une Humanité toujours plus énergivore et qui paye au prix fort ses ambitions de développement. Quelle meilleure arme opposer au CO2 - "arme de destruction massive" dans le contexte actuel - qu'une arme de "séduction" massive, susceptible d'emporter l'adhésion du plus grand nombre en plus de l'inciter à changer ses comportements ? La réponse : une électricité "décarbonée", misant sur la révolution digitale, et s'appuyant sur des territoires engagés. La dernière alerte du secrétaire général du World Meteorological Organization (WMO), Petteri Taalas, est plus claire que jamais : "si le monde remet encore à plus tard les actions immédiates et radicales nécessaires pour les émissions de CO2, la catastrophe climatique ne pourra plus être évitée. "

La "décarbonation" au cœur du problème

Par électricité "décarbonée", on désigne l'électricité produite autrement qu'au moyen d'énergies fossiles, c'est-à-dire grâce aux énergies renouvelables et au nucléaire. Car non, les énergies décarbonées ne relèvent pas de la fantaisie dans la mesure où 40% des émissions totales de CO2 au niveau mondial sont directement liées à la production d'électricité thermique. La "décarbonation" et la réduction des émissions de gaz à effet de serre doivent, impérativement, être au cœur de toutes les politiques publiques en matière énergétique. Et certains Etats sont plus prompts à opérer ce changement. La startup danoise ElectricityMap permet grâce à une appli gratuite de le voir en temps réel.

En France, l'horizon semble dégagé pour mettre un coup d'accélérateur en faveur de cette décarbonation. Les Français sont devenus extrêmement sensibles aux sujets relatifs à la transition écologique et c'est une chance. L'un des derniers

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr