Marchés français ouverture 2 h 7 min

Laurent Londeix : "Nous pouvons encore améliorer la pérennité des entreprises"

latribune.fr

Alors qu'il vient tout juste de rendre l'écharpe présidentielle du Sophia Club Entreprise, voilà Laurent Londeix avec une nouvelle mission, celle de président de l'Incubateur Paca-Est. Une structure qu'il ne découvre pas - il y est impliqué depuis de nombreuses années - et pour laquelle il a, sinon des ambitions, en tout cas une vision.

Du bon côté de la force

"Je récupère un bébé en bonne santé", souligne-t-il. De fait, l'incubateur, né "Allègre", a conduit à la création de 142 entreprises générant 870 emplois pour 114 M€ levés. "L'incubateur a un vrai savoir-faire pour amener le créateur à avoir un business modèle viable" souligne Laurent Londeix. La pérennité c'est exactement le point sensible lorsqu'on parle entreprenariat, innovation et jeune pousse. Mais c'est aussi le point sur lequel Laurent Londeix veut appuyer. "Une réflexion est à mener pour améliorer encore le taux de survie", soit faire mieux que les 75 % actuels. L'analyse et le filtrage en amont sont évidemment une première étape d'importance.

D'où la nécessite de parfaire le lien qui lie déjà le monde académique et le monde des startups. Ça tombe bien, c'est exactement le sujet dont s'occupe Laurent Londeix au sein de l'Upe06, le syndicat patronal ayant activé une commission Enseignement supérieur, innovation et recherche. Et ça va aussi très bien avec le profil de celui qui est axé R&D pour le compte d'Orange. "Souvent les stagiaires de licence ou masters n'avaient pas le réflexe de proposer leurs services aux startups. Or ce rapprochement peut aider certaines à passer de "l'autre côté". L'idée n'est pas de dire que tous ont le profil pour être entrepreneur, mais cela peut susciter des vocations. Et puis on sait très bien qu'une bonne startup c'est une bonne équipe avec un bon produit et un marché".

Le potentiel, premier indice

Derrière cela il est aussi question de

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr