La bourse ferme dans 2 h 55 min
  • CAC 40

    6 174,67
    +5,26 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 972,85
    -5,99 (-0,15 %)
     
  • Dow Jones

    33 800,60
    +297,00 (+0,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1916
    +0,0011 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 741,00
    -3,80 (-0,22 %)
     
  • BTC-EUR

    50 743,37
    +238,48 (+0,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 292,97
    +65,43 (+5,33 %)
     
  • Pétrole WTI

    60,17
    +0,85 (+1,43 %)
     
  • DAX

    15 245,13
    +10,97 (+0,07 %)
     
  • FTSE 100

    6 895,95
    -19,80 (-0,29 %)
     
  • Nasdaq

    13 900,19
    +70,89 (+0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 128,80
    +31,63 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    29 538,73
    -229,33 (-0,77 %)
     
  • HANG SENG

    28 453,28
    -245,52 (-0,86 %)
     
  • GBP/USD

    1,3758
    +0,0053 (+0,39 %)
     

Quand Laurent Gerra vole au secours des salles de cinéma art et essai

·1 min de lecture

Thierry Frémaux a deux amours : le festival de Cannes qu’il dirige en mai sur la Croisette, et le festival Lumière qu’il organise en octobre à Lyon. Les deux manifestations sont complémentaires : la première projette des films inédits, la seconde des films anciens. Autre différence: Cannes est réservé aux professionnels, tandis que Lumière est ouvert au grand public. Surtout, Thierry Frémaux dispose au bord du Rhône d’une plus grande liberté que sur les rives de la Méditerranée. Il peut ainsi librement projeter des films produits par Netflix, alors que ces derniers ont été déclarés persona non grata à Cannes par le conseil d’administration du festival. Les spectateurs lyonnais ont ainsi pu profiter de The Irishman de Martin Scorsese, Roma d’Alfonso Cuaron, et The other side of the wind d’Orson Welles.

“Depuis sa création en 2009, le festival Lumière a pris de l’ampleur chaque année et le nombre de festivaliers a plus que doublé, passant de 80.000 lors de la première édition à 198.000 en 2019”, souligne la Cour des comptes dans son rapport annuel publié jeudi 18 mars. “Le Festival est devenu en dix ans un moment important de la vie culturelle lyonnaise, et le principal événement mondial consacré au cinéma classique”, abonde la chambre régionale des comptes dans un autre rapport.

Ces deux rapports sont le fruit d’un contrôle mené par les magistrats financiers à l’Institut Lumière, l'association qui organise le festival. Ils accordent un satisfecit global à la gestion de Thierry Frémaux, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La SNCF remporte un gros contrat pour des trains régionaux dans le Grand Est
Vaccin Covid-19 : AstraZeneca va recevoir une lettre de l’UE
Le gérant de l’agence MeilleurTaux avait escroqué une vingtaine de clients
Casino lance Lugh, une cryptomonnaie indexée à l'euro : au programme de la newsletter 21 Millions
Le taux d’intérêt des Etats-Unis s’envole, la Fed met le feu aux poudres