La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 925,82
    +208,73 (+0,62 %)
     
  • Nasdaq

    11 523,55
    +129,74 (+1,14 %)
     
  • Nikkei 225

    27 327,11
    -106,29 (-0,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,0867
    +0,0011 (+0,10 %)
     
  • HANG SENG

    21 842,33
    -227,40 (-1,03 %)
     
  • BTC-EUR

    21 266,43
    +193,74 (+0,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    524,93
    +6,13 (+1,18 %)
     
  • S&P 500

    4 054,24
    +36,47 (+0,91 %)
     

L'assurance-vie redevient attractive

Avec la remontée des taux d'intérêt et pour éviter une décollecte massive vers les livrets A, les compagnies revoient à la hausse les rendements de leurs fonds en euros.

Dans l'assurance-vie, les années se suivent… mais ne se ressemblent pas. Depuis quatre ans, les acteurs du secteur, qui gèrent au total plus de 1.800 milliards d'euros dans ces contrats, se sont évertués à pousser les épargnants hors des fonds en euros (au capital garanti), en servant des taux de rendement de plus en plus faibles. "La moyenne du marché s'est située en 2021 autour de 0,99%", explique Cyrille Chartier-Kastler, PDG de Facts & Figures, une société de conseil spécialisée dans le suivi de 1.000 contrats d'assurance-vie. Mais la tendance devrait s'inverser cette année: les premières publications sont en hausse par rapport à l'année dernière.

"C'est grâce à une gestion financière de qualité qui a su s'adapter à l'environnement volatil de 2022", développe Philippe Perret, directeur général de Société générale assurances.

Mais c'est également parce que les compagnies craignent que la remontée du rendement du livret A à 3% net n'entraîne un transfert par les épargnants des sommes placées sur leurs contrats vers le "petit livre rouge". En cas de décollecte massive, les assureurs seraient alors obligés de puiser dans leur encours et donc de vendre des obligations sur le marché, à un cours décoté, avec des moins-values à la clé. Leurs résultats en souffriraient, et leurs contraintes de solvabilité augmenteraient: c'est le scénario catastrophe qu'ils veulent absolument éviter.

Pour cela, il faut qu'ils conservent à tout prix leurs clients; ils relèvent donc le taux de leurs fonds en euros. C'est le cas par exemple de Milleis, dont le rendement du fonds en euros a plus que doublé, passant d'une année sur l'autre d'un très maigre 0,95% à un plus attractif 2,15%. Même le taux des compagnies qui étaient déjà très généreuses en 2021 a lui aussi été rehaussé. Mutuelle tournée vers le personnel de santé, la MACSF, par exemple, avait déjà servi un bon taux en 2021, de 2,10%; elle le pousse à 2,50%, ce qui en fait une des plus rentables du marché pour ses souscripteurs.

En[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi