La bourse ferme dans 4 h 57 min
  • CAC 40

    5 609,52
    -2,17 (-0,04 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 597,87
    -1,68 (-0,05 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2076
    -0,0009 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 834,20
    +4,30 (+0,23 %)
     
  • BTC-EUR

    29 829,04
    -54,47 (-0,18 %)
     
  • CMC Crypto 200

    697,71
    -37,43 (-5,09 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,48
    +0,12 (+0,23 %)
     
  • DAX

    13 824,17
    +36,44 (+0,26 %)
     
  • FTSE 100

    6 738,31
    +2,60 (+0,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 242,21
    -276,97 (-0,97 %)
     
  • HANG SENG

    28 862,77
    +288,91 (+1,01 %)
     
  • GBP/USD

    1,3551
    -0,0033 (-0,24 %)
     

L'assurance-vie a moins attiré les épargnants en 2020

·2 min de lecture

INFOGRAPHIES - 2020 a été une année noire pour l'assurance-vie. Le placement préféré des Français a enregistré une décollecte l'an dernier, pour la deuxième fois seulement en 20 ans. Mais son encours reste loin devant ceux du Livret A et du LDDS.

La Fédération française de l’assurance (FFA) n’a pas encore communiqué les chiffres définitifs concernant la collecte nette de mais on sait déjà que ce sera une année noire: les derniers chiffres communiqués mi-décembre font état d’une décollecte nette de plus de 7 milliards d’euros à fin novembre.

C’est seulement la deuxième fois en 20 ans que le "placement favori des Français" enregistre plus de retraits que de versements sur une année entière. Avec plus de 1.750 milliards d’euros d’encours, l’assurance-vie reste néanmoins loin devant le Livret A et le Livret de Développement Durable et Solidaire (LDDS) qui totalisent à eux deux environ 450 milliards d’euros.

Lire aussi

La faute aux unités de compte

"Cette décollecte est liée au fait que les assureurs imposent une part minimum d’unités de compte généralement -30 à 35%- dans les versements, ce qui bride les épargnants", estime Cyrille Chartier-Kastler, dirigeant du cabinet Facts & Figures. Jusqu’alors, les ménages , dont le principal atout était l’effet cliquet, qui garantissait le capital en permanence et les intérêts acquis d’une année sur l’autre, ce qui n’est pas le cas des unités de compte, soumises aux aléas des marchés. Mais ce véhicule-phare (il a longtemps pesé plus de 80% des encours) a été pénalisé par la chute continue des taux d’intérêts des banques centrales depuis une dizaine d’années, jusqu’à devenir négatifs depuis l’an dernier. Entrainant une chute continue du rendement du fonds en euros.

", affirme Bernard Le Bras, président du directoire de Suravenir. Pourtant, le fonds en euros reste indissociable de l’assurance-vie. Car les unités de compte, en plus de ne pas avoir de capital garanti, engendrent des frais plus élevés pour l’épargnant : entre ceux internes de l’OPCVM et ceux liés au fonctionnement du contrat, on est rarement sous les 3% par an. "Mieux vaut investir directement en actions via un PEA, ça coûte moins cher !", persifle un spécialiste. Pour continuer à proposer des fonds en euro[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi