La bourse ferme dans 1 h 13 min
  • CAC 40

    6 240,07
    -27,21 (-0,43 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 996,89
    -17,91 (-0,45 %)
     
  • Dow Jones

    33 871,03
    +55,13 (+0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,2054
    +0,0036 (+0,30 %)
     
  • Gold future

    1 778,80
    -3,20 (-0,18 %)
     
  • BTC-EUR

    40 895,77
    -4 985,85 (-10,87 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 129,57
    +5,67 (+0,50 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,78
    +0,35 (+0,57 %)
     
  • DAX

    15 212,48
    -108,04 (-0,71 %)
     
  • FTSE 100

    6 911,66
    -26,58 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    13 936,31
    +117,90 (+0,85 %)
     
  • S&P 500

    4 155,61
    +20,63 (+0,50 %)
     
  • Nikkei 225

    29 020,63
    -167,54 (-0,57 %)
     
  • HANG SENG

    29 078,75
    +323,41 (+1,12 %)
     
  • GBP/USD

    1,3849
    +0,0007 (+0,05 %)
     

L'assurance emprunteur, un surcoût à négocier

·2 min de lecture

Au moment de contracter un crédit, les ménages se focalisent sur son taux d'intérêt. Mais gare au coût de son assurance, surtout pour les personnes âgées de plus de 40 ans.

Dans sa dernière recommandation du 28 janvier relative aux , le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) a apporté une précision importante en matière d'assurance emprunteur: le coût de celle-ci doit être obligatoirement pris en compte dans le calcul de l'endettement des ménages. "Le taux d'effort, c'est-à-dire le montant de la mensualité de remboursement rapporté aux revenus mensuels nets avant impôt, ne peut pas dépasser 35%, en cumulant taux d'intérêt du prêt et coût de l'assurance", explique Bruno Rouleau, président de l'Association professionnelle des intermédiaires en crédits.

Lire aussi

Jusqu'alors, la pratique variait selon les banques, qui pouvaient augmenter le coût de l'assurance (dite "assurance de groupe") qu'elles proposaient. Les emprunteurs pouvaient alors emprunter plus, mais voyaient leur "reste à vivre", c'est-à-dire les revenus après remboursement de la mensualité, réduit d'autant.

La délégation d'assurance, un intérêt économique

Les emprunteurs ont pourtant le droit de choisir entre prendre l'assurance de groupe ou en souscrire une auprès d'un autre établissement, via une délégation d'assurance. Ce principe a été entériné à maintes reprises par le législateur (loi Lagarde de 2010, loi Hamon de 2014, amendement Bourquin repris dans une loi du 21 février 2017), mais les banques continuent de faire de la résistance. Les emprunteurs ont pourtant souvent intérêt à recourir à la délégation d'assurance. Soit parce que son coût moins cher leur permet de respecter le taux d'effort de 35%.

Soit, selon les calculs du courtier Magnolia, parce que, dans le contexte actuel de taux très bas, le coût de l'assurance dépasse celui du crédit pour les emprunteurs de plus de 40 ans (voir tableau). "Habituellement, le coût de l'assurance représentait 30 à 50% du coût du crédit, rappelle Astrid Cousin, porte-parole de Magnolia. Là, il peut atteindre 100 à 170%!"

Entre un quart et deux tiers d\'économie
Entre un quart et deux tiers d\'économie

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi