Marchés français ouverture 5 h 32 min
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,88 (+0,10 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,90 (-0,18 %)
     
  • Nikkei 225

    27 812,15
    +34,25 (+0,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,0561
    +0,0030 (+0,29 %)
     
  • HANG SENG

    19 350,65
    +675,30 (+3,62 %)
     
  • BTC-EUR

    16 344,88
    +145,42 (+0,90 %)
     
  • CMC Crypto 200

    408,45
    +7,03 (+1,75 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     

L'Assemblée vote l'inscription du droit à l'IVG dans la constitution

AFP/Archives - Thomas COEX

Une ovation debout d'une large part de l'hémicycle a salué cette adoption par 337 voix contre 32, au terme d'un débat tendu avec la droite et l'extrême droite.

L'Assemblée nationale s'est prononcée jeudi 24 novembre à une large majorité pour l'inscription du droit à l'IVG dans la Constitution sur une proposition des députés insoumis, revigorés par cette victoire "historique" en plein marasme de l'affaire Quatennens. Une ovation debout d'une large part de l'hémicycle a salué cette adoption par 337 voix contre 32, au terme d'un débat tendu avec la droite et l'extrême droite qui avaient déposé des centaines d'amendements, parfois sans rapport avec le sujet.

C'est une "victoire historique pour les femmes en France et dans le monde", s'est réjouie la cheffe de file des Insoumis, Mathilde Panot, qui portait ce texte en tête de liste de la "niche parlementaire" de LFI, une journée permettant au groupe de fixer l'ordre du jour à l'Assemblée. Les Insoumis ont décidé de retirer au dernier moment leur proposition inflammable d'interdiction totale de la corrida, qui avait fait l'objet comme celui sur l'IVG du dépôt de centaines d'amendements dénoncés comme une "obstruction anti-démocratique".

L'objectif de la constitutionnalisation du droit à l'avortement est de "se prémunir d'une régression" pour les femmes, comme récemment aux Etats-Unis ou parfois en Europe, a plaidé Mme Panot, dédiant le vote aux "Américaines, Polonaises et Hongroises", dont les droits sont "entravés". Le texte adopté jeudi tient en une phrase, à insérer dans la loi suprême: "La loi garantit l'effectivité et l'égal accès au droit à l'interruption volontaire de grossesse".

Travail transpartisan

Il est le fruit d'une réécriture de la proposition initiale des Insoumis, au terme d'un travail transpartisan qui a réuni, chose rare, des élus LFI et du camp présidentiel. "Nous honorons le travail parlementaire par ce vote", a souligné le député Modem Erwan Balanant, l'un des artisans de ce "dépassement des clivages". "Mais le combat n'est pas fini", a-t-il ajouté, en référence à l'aval qui reste à obtenir du Sénat, loin d'être acquis après un vote négatif en octobre.

Aur[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi