La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,71 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 782,10
    +21,40 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    41 843,26
    -8 774,20 (-17,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,85 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

L'arrivée précoce des bronchiolites pèse sur l'hôpital Necker, déjà fragilisé

·2 min de lecture

L'épidémie de bronchiolite, arrivée "plus précocement" cette année, "met en difficulté" les services pédiatriques de l'Hôpital Necker à Paris, comme tous les établissements déjà touchés par "une pénurie de personnel soignant".

L'épidémie de bronchiolite, arrivée "plus précocement" cette année, "met en difficulté" les services pédiatriques de l'Hôpital Necker à Paris, comme tous les établissements déjà touchés par "une pénurie de personnel soignant". "Les épidémies virales pendant l'hiver, c'est un phénomène qu'on gère tous les ans. Mais aujourd'hui notre capacité à accueillir ces enfants est mise en difficulté par la précocité de cette épidémie dans le temps et la pénurie du personnel soignant", explique le Pr Sylvain Renolleau, chef du service de réanimation pédiatrique de cet hôpital de l'AP-HP. "Nous ne pouvons pas ouvrir toute notre capacité d'accueil, que ce soit en soins critiques, en pédiatrie générale ou dans les autres spécialités", ajoute-t-il.

"Il va falloir faire appel à toutes les bonnes volontés", trouver des volontaires dans les autres services, parmi les étudiants, etc. Chaque année, les hôpitaux anticipent l'arrivée des petits malades de bronchiolite et autres épidémies hivernales en augmentant à partir du mois de novembre le nombre de lits qui leur sont dédiés. Mais cette fois, l'épidémie est "en avance sur le plan de montée en charge". Surtout, que ces bronchiolites s'ajoutent "à une recrudescence des infections respiratoires des enfants de moins de 2 ans, des décompensations des enfants qui ont des maladies chroniques et des enfants hospitalisés pour des problèmes pédopsychiatriques". Dans les chambres de son service, cinq enfants sont hospitalisés pour bronchiolite ou décompensation respiratoire de type asthme aigu grave. Dont Antoine, 3 semaines, qui gigote dans son pyjama voiture. "Allez petit Antoine, on va faire un lavage de nez. Tu y arrives comme un grand. Je te réinstalle ton petit masque sur ton nez", le(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles