La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 823,45
    -210,22 (-0,62 %)
     
  • Nasdaq

    14 161,35
    +121,67 (+0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    29 018,33
    -272,68 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,1913
    -0,0220 (-1,81 %)
     
  • HANG SENG

    28 558,59
    +121,75 (+0,43 %)
     
  • BTC-EUR

    31 646,47
    -1 100,01 (-3,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    936,92
    -32,96 (-3,40 %)
     
  • S&P 500

    4 221,86
    -1,84 (-0,04 %)
     

L'Arménie accuse l'Azerbaïdjan de violer son intégrité territoriale

·1 min de lecture
L'ARMÉNIE ACCUSE L'AZERBAÏDJAN DE VIOLER SON INTÉGRITÉ TERRITORIALE

MOSCOU (Reuters) - Le procureur général d'Arménie a ouvert jeudi une enquête pénale sur une "violation de l'intégrité territoriale" par l'Azerbaïdjan, a indiqué l'agence de presse russe RIA, après que le ministère arménien de la Défense a accusé Bakou de déplacer des forces sur son territoire.

Les tensions restent vives entre les deux pays depuis leur dernier conflit l'an dernier dans la région du Haut-Karabakh, qui s'est conclu par un cessez-le-feu ayant permis à l'Azerbaïdjan de conserver le contrôle des territoires repris aux forces de cette région séparatiste soutenues par l'Arménie.

Le ministère arménien de la Défense a déclaré que les forces armées azerbaïdjanaises avaient "perpétré jeudi une nouvelle provocation contre le territoire souverain de la République d'Arménie, en tentant d'assurer une avancée dans les zones frontalières de Vardenis et Sisian".

Le ministère a déclaré que les forces arméniennes avaient arrêté l'avancée des troupes azerbaïdjanaises et les avaient forcées à revenir sur leurs positions.

L'Azerbaïdjan a rejeté ces accusations, affirmant qu'il faisait respecter sa propre frontière et qu'il était déterminé à apaiser les tensions dans la région, a déclaré son ministère des Affaires étrangères jeudi soir.

Le ministère azerbaïdjanais a qualifié la réaction de l'Arménie à ces événements d'"inadéquate" et de "provocatrice", ajoutant que des responsables azerbaïdjanais étaient en pourparlers avec les gardes-frontières arméniens.

Le président français Emmanuel Macron a réagi jeudi en appelant à un retrait immédiat des troupes azerbaïdjanaises en Arménie et en demandant à ce qu’une résolution de la situation des tensions puisse être trouvée par le biais du Conseil de sécurité des Nations unies.

(Andrey Ostroukh; avec Nailia Bagirova à Bakou; Blandine Hénault pour la version française)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles