La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2167
    +0,0098 (+0,82 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    47 700,21
    -739,62 (-1,53 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0098 (+0,70 %)
     

L'Arabie saoudite exécute trois soldats pour «haute trahison»

·2 min de lecture

En Arabie saoudite, trois soldats ont été exécutés ce samedi pour « haute trahison ». L'annonce a été faite par le ministère saoudien de la Défense qui les accuse de « collaboration avec l'ennemi ».

Les trois soldats exécutés près de la frontière avec le Yémen ont été identifiés comme étant Mohammed ben Ahmed, Chaher ben Issa et Hamoud ben Ibrahim. En revanche, l'Arabie saoudite n'a communiqué aucun détail sur l'« ennemi » avec lequel ils sont accusés d'avoir collaboré. Les trois soldats ont voulu « déstabiliser le royaume et ses intérêts militaires », a seulement indiqué le ministère dans un communiqué reproduit par l'agence de presse officielle, SPA.

Ces exécutions ont eu lieu alors que Riyad intensifie sa campagne militaire au Yémen voisin et que le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman cherche à consolider son pouvoir. L'Arabie saoudite intervient depuis 2015 dans la guerre civile au Yémen à la tête d'une coalition militaire en soutien du gouvernement face aux rebelles yéménites houthis, proches de l'Iran et qui ont pris le contrôle d'une bonne partie du nord du pays et de la capitale Sanaa.

Le royaume saoudien fait face à une multiplication des attaques de missiles et de drones sur son territoire, alors que les combats s'intensifient entre forces gouvernementales et rebelles yéménites pour le contrôle de Marib, une région pétrolière stratégique du Yémen dont les Houthis cherchent à s'emparer depuis février.

À lire aussi : Yémen: les combats s’intensifient à Marib, en dépit des appels à la trêve

L'exécution de militaires est rare dans le royaume connu pour être très discret sur ses forces armées.

Monarchie absolue et plus grande économie arabe, l'Arabie saoudite a longtemps été critiquée pour être l'un des pays au monde menant le plus d'exécutions et pour son système judiciaire jugé opaque par les défenseurs des droits humains.

Mais cette année, la Commission des droits humains, un organisme gouvernemental, dit avoir répertorié 27 exécutions en 2020, soit une baisse de 85% par rapport à l'année précédente due notamment à un moratoire sur la peine capitale pour des délits liés à la drogue. Depuis le début de cette année, Riyad a procédé à l'exécution de 20 personnes, d'après un bilan officiel.

(Avec AFP)