La bourse est fermée

L'apprentissage a la cote en France... et ça va tout changer

8h15, au centre de formation des apprentis (CFA) Ducretet de Clichy, en banlieue parisienne. Dans le hall, une dizaine de jeunes, chemise blanche impeccable et dossier sous le bras, attendent sagement de passer leur entretien d’admission. "Nous allons battre tous les records cette année, avec plus de 600 inscrits sur nos trois sites, 100 de plus que l’an dernier", précise Jean-Pierre Gaubert, à la tête de ce réseau d’établissements formant aux métiers de l’électronique et de la domotique. Pas fous, ces futurs installateurs télécoms ou vendeurs chez Darty : le taux d’embauche en CDI six mois après le diplôme y dépasse les 90%. L’apprentissage, tremplin pour l’emploi ? En Allemagne – où le chômage des jeunes est quatre fois inférieur au nôtre –, cela fait longtemps qu’on en est convaincu : la moitié des 16-25 ans empruntent cette voie, qui permet d’alterner à parts égales formation théorique en école et expérience pratique en entreprise. Et pas que pour devenir mécano ! "Les apprentis ont accès à plus de 330 métiers : agent d’assurances, laborantin, logisticien…", détaille Margarete Riegler-Poyet, à la Chambre de commerce franco-allemande.

Tandis que, chez nous, l’apprentissage a été longtemps perçu comme une voie de garage. Eh bien, c’est fini. En juin 2019, la France comptait 458.000 étudiants apprentis – un record absolu –, quand, sous le quinquennat Hollande, on avait touché le fond avec 280.000 en 2015. Et on n’aurait encore rien vu. "La réforme de la ministre du Travail Muriel Pénicaud, votée en septembre 2018 mais qui prendra son plein effet en 2020, va déclencher une lame de fond", prédit Anna Notarianni, DG France du champion de la restauration collective, Sodexo. Bigre. En attendant la lame de fond, on peut clairement parler de vague. Après une hausse de 7,7% en 2018, le nombre d’apprentis a encore bondi de 8,8% au premier semestre 2019, augurant d’un nouveau record en fin d’année. Et, surprise, cette embellie doit beaucoup au succès de la formule dans l’enseignement

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La Française des Jeux, troisième sponsor officiel des JO 2024
Bail emphytéotique : définition, durée et fin
Alstom décroche un nouveau méga-contrat en Australie
Orange, faut-il revenir sur les actions après la sanction ? : le conseil Bourse du jour
Des livreurs Chronopost disparaissent avec deux camions plein de colis