La bourse ferme dans 32 min
  • CAC 40

    5 810,54
    +0,81 (+0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 699,78
    -7,94 (-0,21 %)
     
  • Dow Jones

    31 481,09
    +89,57 (+0,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,2079
    -0,0009 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 705,20
    -28,40 (-1,64 %)
     
  • BTC-EUR

    41 979,68
    +1 128,46 (+2,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 014,27
    +26,18 (+2,65 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,28
    +1,53 (+2,56 %)
     
  • DAX

    14 027,23
    -12,57 (-0,09 %)
     
  • FTSE 100

    6 645,66
    +31,91 (+0,48 %)
     
  • Nasdaq

    13 223,10
    -135,69 (-1,02 %)
     
  • S&P 500

    3 856,65
    -13,64 (-0,35 %)
     
  • Nikkei 225

    29 559,10
    +150,93 (+0,51 %)
     
  • HANG SENG

    29 880,42
    +784,56 (+2,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,3972
    +0,0016 (+0,11 %)
     

Land Rover et Camel Trophy : nostalgie pour bourse garnie

·2 min de lecture

La nostalgie fait vendre ! Après la récente évocation du souvenir de la R5 par Renault, voici que Land Rover ressuscite son Defender retiré du catalogue en 2016. Vingt-cinq exemplaires revêtus de la célèbre livrée jaune du Camel Trophy se destinent à des amateurs prêts à débourser au bas mot 225.000 euros.

Parmi les amateurs du Land Rover Defender, il y a ceux qui préfèrent l’habiller d’un vert tout ce qu’il y a de plus anglais, et d’autres, qui ne jurent que par le jaune sable inspiré par le logotype de la cigarette Camel, produit phare de RJ Reynolds. Dans le folklore du véhicule tout-terrain, cette teinte couleur du désert est aussi célèbre et admirée que la livrée blanche aux bandes bleues et rouges chez les amateurs de rallye, ou que le bleu clair associé à l’orange chez les fanatiques des 24 Heures du Mans.

C’est que les exploits des aventuriers du Camel Trophy au volant de leurs Defender jaunes sont tenus en aussi haute estime que ceux des rallyemen en Lancia Delta Martini et des marathoniens en Porsche 917 Gulf Racing. Ces grands raids organisés dans les années 80 et 90 à travers les contrées les plus inhospitalières et les plus inaccessibles du monde exercent une fascination d’autant plus vive que la pandémie nous confine près de chez nous.

Le jaune Eastnor du Camel Trophy est aussi célèbre chez Land Rover que l’orange et le bleu de Gulf, chez Porsche

Le Land Rover Defender Works V8 Trophy sera assemblé en seulement vingt-cinq exemplaires dans les ateliers de Jaguar Land Rover Classic Works établis en 2016 (en châssis long 110 ou court 90). Comme son nom l’indique, cette série limitée est établie sur la base du modèle qu’on appelle officiellement Defender Works V8, pour éviter toute confusion avec le Land Rover Defender des temps modernes. Derrière cette appellation se cache une première série de cent cinquante exemplaires qui fut présentée en 2018, à temps pour voler la vedette à un certain Mercedes-Benz Classe G, qui achevait alors sa métamorphose.

Lire aussi

Visionnaires et opportunistes, les dirigeants de Land Rover ont acquis plusieurs dizaines de Defender, parmi les derniers exemplaires produits jusqu’en 2016 (date officielle de son retrait du catalogue). Les techniciens du département Jaguar Land Rover Classic Works (qui s'est fait connaître en refa[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Comment Land Rover a perdu ses droits sur le dessin du DefenderPourquoi Ineos mise sur un 4x4 à contre-courant des tendances actuellesLand Rover Defender : dégagez, j’arrive !40 ans de Mercedes-Benz Classe G : le 4x4 inaltérableMercedes Classe G : première refonte en 39 ans