La bourse ferme dans 6 h 56 min
  • CAC 40

    6 112,25
    +64,94 (+1,07 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 566,38
    +27,50 (+0,78 %)
     
  • Dow Jones

    31 438,26
    -62,42 (-0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,0593
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • Gold future

    1 829,70
    +4,90 (+0,27 %)
     
  • BTC-EUR

    19 718,35
    -608,71 (-2,99 %)
     
  • CMC Crypto 200

    455,29
    -6,50 (-1,41 %)
     
  • Pétrole WTI

    110,94
    +1,37 (+1,25 %)
     
  • DAX

    13 281,35
    +95,28 (+0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 334,05
    +75,73 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    11 524,55
    -83,07 (-0,72 %)
     
  • S&P 500

    3 900,11
    -11,63 (-0,30 %)
     
  • Nikkei 225

    27 049,47
    +178,20 (+0,66 %)
     
  • HANG SENG

    22 418,97
    +189,45 (+0,85 %)
     
  • GBP/USD

    1,2279
    +0,0009 (+0,07 %)
     

L'ancienne star du PSG Laurent Leroy et son interminable bataille contre le fisc

Un ancien joueur du Paris Saint-Germain se bat avec le fisc depuis plusieurs années. Laurent Leroy, attaquant qui a évolué sous la tunique parisienne entre 1998 et 2003, a omis de déclarer l’indemnité de rupture conventionnelle versée par son ancien club à son départ. Problème : selon l'administration fiscale, ce chèque de départ était bien imposable. Les ennuis commencent en 2003 pour le footballeur lorsque Vahid Halilhodzic devient l’entraîneur du Paris Saint-Germain. N’entrant pas dans les plans du coach yougoslave, Laurent Leroy est écarté du groupe professionnel.

Ne supportant pas l'idée d’être mis de côté, le joueur traîne son spleen et confie à l’époque son mal être dans les colonnes du Parisien. Dans cet entretien daté du 7 août 2003, il confie ses envies de départ : “J'ai encore trois ans de contrat mais Paris m'a laissé libre pour que je parte vite. Il n'y aura pas d'indemnité de transfert. Si je reste, je serai au placard.” Deux semaines plus tard, le joueur quitte officiellement le club. Le 28 août 2003, le PSG l’informe de la rupture anticipée de son contrat de travail, 34 mois avant son terme, au prétexte d’une “faute”. Plutôt que d’aller au conflit, les parties préfèrent conclure un accord amiable le 3 septembre 2003. Le club du Paris-Saint-Germain accepte alors de verser à Laurent Leroy 762.000 euros bruts (719.148 euros nets), soit presque deux ans de salaire (il touchait 412. 918 euros nets par an).

Des sommes mirobolantes, que le joueur n’a jamais déclaré au (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Action de groupe contre un fournisseur d’électricité, les contorsions fiscales de Ikea… Le flash éco du jour
Le classement des villes les plus agréables du monde dévoilé
Le directeur d'une station-service perd son emploi pour avoir vendu de l'essence à prix cassé
Le nouveau McDonald's russe a battu son record de vente de burgers en une journée
Le dollar en baisse après une intervention du président de la Fed

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles