La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 877,70
    -53,10 (-2,75 %)
     
  • BTC-EUR

    21 569,17
    -263,78 (-1,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

De Lambrecht à Pistorius: l'Allemagne change de ministre de la Défense

Axel Schmidt

A quelques jours du conseil franco-allemand de Paris, le dimanche 22 janvier, l'Allemagne change de ministre de la Défense. Après des semaines de polémiques, la gaffeuse Christine Lambrecht a fini par démissionner, remplacée ce mardi par Boris Pistorius, ministre de l'Intérieur à poigne en Basse Saxe.

Ce n’est pas Christine Lambrecht qui sera l’homologue de Sébastien Lecornu lors du conseil franco-allemand de ce dimanche 22 janvier. Après trois semaines de polémiques, la très controversée ministre de la Défense a démissionné lundi, remplacée dès le lendemain par le ministre de l'Intérieur de Basse-Saxe Boris Pistorius. Il faut dire que Lambrecht, qui avait multiplié les bévues, approximations et déclarations erronées au cours des derniers mois, a terminé l’année en beauté. Dans un tweet de Nouvel An, qui est devenu viral et qu’elle a fini par effacer, la social-démocrate avait provoqué rires et consternation en présentant ses vœux. Non seulement, elle s’était filmée au milieu des feux d’artifice et des pétards de la Saint-Sylvestre à Berlin, permettant de supposer qu’elle pouvait être quelque part près du front en Ukraine. Mais en plus, elle avait fait une déclaration de midinette, remerciant à grands coups d’exclamation, "toutes les personnes intéressantes" qu’elle a eu le plaisir de rencontrer en 2022…

Malgré les hésitations de son patron Olaf Scholz, l’ire de l’opinion publique a eu raison d’elle, alimentée par une campagne de presse très vive. "Pleite, Pech, Panne" (fiasco, poisse et panne), c’est ainsi que l’hebdomadaire Der Spiegel a résumé, en titre, les treize mois au gouvernement de celle qui auparavant avait été ministre de la Justice d’Angela Merkel.

Son départ était devenu d’autant plus inévitable que l’Allemagne a besoin d’un ministre fort à la tête de la Bundeswehr (l’armée). Longtemps pacifiste et tourné vers le commerce plutôt que vers la défense, le pays a dû procéder à un changement total de culture, après l’invasion de l’Ukraine. Professeure d’histoire à la Sorbonne, la germaniste Hélène Miard-Delacroix souligne qu'"en France, on ne réalise souvent pas qu'il y a eu un virage à 360 degrés", d’autant plus traumatisant que Berlin est deux fois plus proche de Kiev que de Paris.

Lire aussiEn Allemagne, l'invasion de l'Ukraine réveille les fantômes[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi