La bourse ferme dans 5 h 58 min
  • CAC 40

    7 078,22
    -4,20 (-0,06 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 167,44
    +3,99 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    34 086,04
    +368,95 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,0890
    +0,0024 (+0,22 %)
     
  • Gold future

    1 940,10
    -5,20 (-0,27 %)
     
  • BTC-EUR

    21 131,00
    -63,81 (-0,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    524,33
    +5,54 (+1,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,90
    +0,03 (+0,04 %)
     
  • DAX

    15 131,25
    +2,98 (+0,02 %)
     
  • FTSE 100

    7 776,63
    +4,93 (+0,06 %)
     
  • Nasdaq

    11 584,55
    +190,74 (+1,67 %)
     
  • S&P 500

    4 076,60
    +58,83 (+1,46 %)
     
  • Nikkei 225

    27 346,88
    +19,77 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 072,18
    +229,85 (+1,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,2318
    +0,0001 (+0,00 %)
     

Qui est l'ambitieux Kevin McCarthy, nouveau "speaker" du Congrès américain ?

AFP - OLIVIER DOULIERY

Cet homme au teint hâlé et à la mèche grise impeccable accède à 57 ans au poste prestigieux de "speaker" qu'il visait depuis des années. Mais la durée interminable de son élection, véritable épopée qui a nécessité 15 tours, le fragilise.

C'est un nouveau visage avec lequel il faudra compter. L'élection dans la nuit de vendredi à samedi de Kevin McCarthy à la tête de la Chambre des représentants marque l'apogée d'un ambitieux, qui a dû avaler plus d'une couleuvre pour en arriver là. Cet homme au teint hâlé et à la mèche grise impeccable accède à 57 ans au poste prestigieux de "speaker" qu'il visait depuis des années. Mais la durée interminable de son élection, véritable épopée qui a nécessité 15 tours, le fragilise. L'élu de Californie, qui dirige depuis 2014 le groupe républicain à la chambre basse du Congrès, s'est heurté à la rébellion d'une vingtaine d'élus trumpistes, qui lui reprochaient d'être trop timoré, pas assez solidaire de l'ex-président ou encore de manquer de convictions. Compte-tenu de la contre-performance du parti aux élections de mi-mandat, il a dû les courtiser pendant quatre jours pour les faire rentrer dans les rangs.

Un pas de deux très ambigu

Ce n'est pas la première fois que cet homme pragmatique a dû courber l'échine pour atteindre ses objectifs. Parti d'un positionnement républicain classique, axé sur la défense du marché et la réussite individuelle, Kevin McCarthy a pleinement endossé le glissement à droite de sa formation politique sur l'immigration, la criminalité ou contre les droits des personnes transgenres. Face aux allégations de fraude électorale martelées sans preuve par Donald Trump et à l'assaut du Capitole, il a opéré un pas de deux plus ambigu. Partisan du milliardaire républicain dans les primaires de 2015, Kevin McCarthy avait initialement soutenu sa croisade contre le résultat des élections de 2020. Puis, secoué par l'attaque contre le siège du Congrès le 6 janvier 2021, il avait rapidement déclaré que Donald Trump "portait une responsabilité" dans ces violences. Mais une semaine plus tard, il se faisait photographier tout sourire à ses côtés dans les salons dorés de Mar-a-Lago, la résidence de Floride du magnat de l'immobilier.

"Aujourd'hui, le président T[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi