La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 931,06
    +8,20 (+0,14 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 448,31
    -6,55 (-0,19 %)
     
  • Dow Jones

    31 003,90
    +228,47 (+0,74 %)
     
  • EUR/USD

    1,0429
    -0,0055 (-0,52 %)
     
  • Gold future

    1 809,10
    +1,80 (+0,10 %)
     
  • BTC-EUR

    18 630,34
    +295,78 (+1,61 %)
     
  • CMC Crypto 200

    418,47
    -1,67 (-0,40 %)
     
  • Pétrole WTI

    108,33
    +2,57 (+2,43 %)
     
  • DAX

    12 813,03
    +29,26 (+0,23 %)
     
  • FTSE 100

    7 168,65
    -0,63 (-0,01 %)
     
  • Nasdaq

    11 076,87
    +48,13 (+0,44 %)
     
  • S&P 500

    3 810,75
    +25,37 (+0,67 %)
     
  • Nikkei 225

    25 935,62
    -457,42 (-1,73 %)
     
  • HANG SENG

    21 859,79
    -137,10 (-0,62 %)
     
  • GBP/USD

    1,2099
    -0,0076 (-0,63 %)
     

L'Amérique réussit aux constructeurs automobiles

JEFF KOWALSKY / AFP

Mieux positionnés sur les marchés profitables, Toyota ou Stellantis réalisent de bien meilleures marges que l'alliance Renault-Nissan.

Au terme d'une année très chahutée, l' apparaît comme le constructeur le plus fragilisé par la crise. Nissan, dont Renault détient 43,4% du capital, a certes annoncé à la mi-mai un retour aux bénéfices sur son exercice 2021-2022 clos le 31 mars. Mais sa marge opérationnelle demeure faible, à 2,9%. Et celle de Renault a plafonné à 3,6% l'an dernier. L'Alliance franco-japonaise fait moins bien que Honda, le groupe Volkswagen, Toyota et surtout . Ce dernier tire profit de sa réduction continue des effectifs, de la frugalité quasi monacale imposée par son directeur général, aux salariés, mais aussi de sa forte présence en Amérique du Nord. L'an dernier, la marge du groupe né de la fusion de PSA et Fiat dépassait ainsi 16% outre-Atlantique grâce à ses Jeep et énormes pick-up Ram, contre tout juste plus de 9% en Europe.

Marché japonais fermé

Au sein de l'Alliance franco-japonaise, la situation est contrastée. Nissan a un potentiel d'amélioration important. "Nous sommes confiants dans la réalisation de notre plan de transformation pour que Nissan soit une entreprise saine et rentable dans n'importe quel environnement commercial", assure son PDG Makoto Uchida. La firme de Yokohama n'avait-elle pas atteint une rentabilité de 6,5% en 2015, dépassant même 9% dans les années 2000? En effet, l'allié de Renault, qui dispose de toute une gamme de pick-up, 4x4 et grands modèles, est puissant en Amérique du Nord et en Chine. Ces deux marchés, réputés les plus profitables du monde, car friands de véhicules de gamme moyenne ou haute, absorbent les deux-tiers de ses ventes. Nissan écoule par ailleurs 11% de ses véhicules au Japon, un marché également rémunérateur, quasiment fermé à la concurrence étrangère. Le problème de Nissan, ce sont ses surcapacités et sa gestion opérationnelle pas assez efficace.

De son côté, Renault a structurellement moins de marge de progrès. Car le Français est centré sur le marché européen, le plus concurrentiel, qui représente plus de la moitié de ses ve[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles