La bourse ferme dans 5 h 37 min

L'Allemagne est-elle en train de caler ?

Au coeur de l’été, l’annonce de la faillite d’Eisenmann, une entreprise allemande spécialisée dans la peinture pour voitures employant 3.000 personnes, a fait l’effet d’une bombe chez nos voisins d’outre-Rhin. «La crise est arrivée», frissonnait le quotidien «Handelsblatt» en constatant les déboires de cette ancienne pépite du Mittelstand (le fameux tissu de «grosses» PME qui fait la puissance de l’Allemagne) située au cœur du land de Bade-Wurtemberg, aujourd’hui pénalisée par les difficultés du secteur automobile. L’équipementier est loin d’être la seule entreprise du pays d’Angela Merkel à connaître un coup de mou. Le géant de la chimie BASF a abaissé début juillet ses prévisions pour 2019, tout comme le constructeur automobile Daimler, qui a émis deux fois en trois semaines des avertissements sur résultats.

Peter Altmaier, le ministre de l’Economie, a beau tenter de se montrer con fiant et assurer à longueur d’interviews que le pire n’est pas à venir, les nuages s’accumulent au-dessus de l’économie allemande, et l’entrée en récession n’est plus improbable : après une croissance négative au deuxième trimestre (–0,1%), l’activité «pourrait à nouveau se contracter», a prévenu cet été la Deutsche Bundesbank. C’est le cœur de la machine industrielle de notre voisin qui est touché : en un an, les exportations ont chuté de 8% et la production manufacturière a reculé de 5,2%. «Pour l’Allemagne, c’est un choc colossal», souligne Hadrien Camatte, chez BSI Economics. Même le solide marché du travail commence à montrer des signes de faiblesse, avec un ralentissement des créations d’emplois et une légère augmentation du nombre de chômeurs. Résultat, la croissance ne devrait même pas dépasser les 0,5% cette année, alors qu’elle était encore de 2,2% en 2017 et de 1,4% en 2018…

>> À lire aussi - L'Allemagne sabre sa prévision de croissance pour 2020

L'auto et les biens d'équipement, des secteurs phare en baisse

Il faut dire que la République fédérale affronte de forts vents contraires.

(...) Cliquez ici pour voir la suite

“L’enseignement de l’économie est biaisé en France et en Allemagne”
Nice : la baisse des impôts est-elle financée sur le dos des habitants de la Métropole ?
L'Allemagne fait flamber sa taxe sur les billets d'avion
Le système de santé français est-il en crise ?
Les pays où la production de vin a augmenté en 2019 et ceux où elle a dégringolé