Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 628,57
    -42,77 (-0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 907,30
    -40,43 (-0,82 %)
     
  • Dow Jones

    39 150,33
    +15,57 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0697
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    2 334,70
    -34,30 (-1,45 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 088,93
    +153,82 (+0,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 347,38
    -12,94 (-0,95 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,34
    +0,17 (+0,21 %)
     
  • DAX

    18 163,52
    -90,66 (-0,50 %)
     
  • FTSE 100

    8 237,72
    -34,74 (-0,42 %)
     
  • Nasdaq

    17 689,36
    -32,23 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 464,62
    -8,55 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,55 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 028,52
    -306,80 (-1,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,2645
    -0,0015 (-0,12 %)
     

L'Allemagne annonce ne plus accepter de migrants venus d’Italie depuis "fin août"

Depuis la fin du mois d'août, l'Allemagne n'accepte plus les demandeurs d'asile en provenance d'Italie comme le permet le "mécanisme volontaire de solidarité européen".

-

L'Allemagne a annoncé ce mercredi avoir suspendu l'accueil volontaire de demandeurs d'asile en provenance d'Italie, prévu par les accords européens, en raison d'une "forte pression migratoire" et du refus de Rome d'appliquer ces mêmes accords. Le gouvernement allemand a informé Rome de sa décision "fin août", a déclaré un porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Cette suspension "jusqu'à nouvel ordre" concerne le "mécanisme volontaire de solidarité européen" qui organise une relocalisation des demandeurs d'asile à partir du pays d'arrivée dans l'UE vers d'autres États membres volontaires, afin de soulager des États comme l'Italie et la Grèce, qui sont des portes d'entrée vers l'Europe.

Berlin explique cette décision par "la forte pression migratoire actuelle vers l'Allemagne" ainsi que par "la suspension persistante des transferts de Dublin par certains Etats membres", dont l'Italie, qui "renforce les défis majeurs pour l'Allemagne en termes de capacités d'accueil et d'hébergement".

Le règlement de Dublin, très controversé parmi les Vingt-sept, prévoit que le pays d'arrivée d'un migrant dans l'UE traite sa demande d'asile.

"Arrêter les arrivées en Italie"

Or, a écrit le journal allemand Die Welt, le gouvernement italien de Giorgia Meloni ne reprend plus les demandeurs d'asile que veulent lui transférer d'autres pays, ayant fait savoir en décembre 2022 à ses partenaires que l'Italie n'avait plus les capacités d'accueil suffisantes.

PUBLICITÉ

"Sur plus de 12.400 demandes de prise en charge faites à l'Italie cette année jusqu'à fin août, dix transferts ont été réalisés jusqu'à présent", a confirmé Maximilian Kall, le porte-parole du ministère de l'Intérieur, au cours d'un point presse gouvernemental.

Giorgia Meloni, dont le parti d'extrême droite Fratelli d'Italia a remporté les élections législatives il y a un an sur la promesse de mettre un terme à l'immigration massive, a assuré mercredi qu'elle n'était pas surprise par la décision de Berlin.

"Le problème de la relocalisation est secondaire", a-t-elle martelé dans un entretien qui sera diffusé mercredi et dont des extraits ont été publiés par les agences de presse italiennes. "

La question (...) est d'arrêter les arrivées en Italie. Je ne vois toujours pas de réponses concrètes", a-t-elle déclaré. Elle a réitéré son appel à davantage d'aide de l'UE, ajoutant : "Nos sites d'accueil (des migrants) sont pleins".

"Seuil critique"

L'Italie est depuis des années l'une des principales portes d'entrée des migrants allant en bateau de l'Afrique du Nord vers l'Europe.

Le nombre de ces personnes arrivant par cet itinéraire sur le territoire italien a bondi cette année à près de 124.000 depuis janvier, contre 65.500 au cours de la même période en 2022, d'après les données du gouvernement.

Beaucoup se retrouvent sur l'île de Lampedusa, où le centre d'accueil a prévenu mercredi que sa capacité risquait d'atteindre un "seuil critique". La Croix-Rouge italienne, qui gère depuis juin ces installations prévues pour moins de 400 personnes, a déploré que plus de 6.000 y soient désormais hébergées.

Dans le cadre du mécanisme volontaire de relocalisation, l'Allemagne a jusqu'à présent accepté le transfert de 1.700 demandeurs d'asile arrivés dans le sud de l'Europe, sur les 3.500 personnes qu'elle s'est engagée à accueillir.

Le sujet y devient aussi très sensible, sur fond de montée en puissance de l'extrême droite dans les sondages et de hausse de l'immigration clandestine depuis plusieurs mois.

"Nous sommes aujourd'hui confrontés à une situation très tendue dans de nombreuses communes d'Allemagne", a insisté le porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Italie : près de 7 000 migrants ont débarqué à Lampedusa en 48 heures