Marchés français ouverture 7 h 30 min
  • Dow Jones

    31 391,52
    -143,99 (-0,46 %)
     
  • Nasdaq

    13 358,79
    -230,04 (-1,69 %)
     
  • Nikkei 225

    29 516,89
    +108,72 (+0,37 %)
     
  • EUR/USD

    1,2090
    +0,0003 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    29 095,86
    -356,71 (-1,21 %)
     
  • BTC-EUR

    40 287,24
    -1 122,50 (-2,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    973,95
    -12,70 (-1,29 %)
     
  • S&P 500

    3 870,29
    -31,53 (-0,81 %)
     

L'Agence spatiale européenne cherche à recruter des femmes

·1 min de lecture

L'Agence spatiale européenne va lancer une campagne fin mars afin de recruter ses futurs astronautes. Une opportunité pour les jeunes européens qui ne s'était pas présentée depuis onze ans. Mais cette fois, l'ESA espère bien attirer plus de femmes. Car sur les 570 astronautes européens aujourd'hui, seulement 10 % sont de la gente féminine. Lors de la dernière campagne de recrutement, qui avait notamment profité à Thomas Pesquet, seul un candidat sur 10 était une femme. Celles et ceux qui seront recrutés pourront entre autres espérer aller en mission dans la Station spatiale internationale, en orbite autour de la Lune, ou encore sur la Lune, puisque l'Europe prévoit d'y retourner dans les années à venir.

>> A LIRE AUSSI - Pourquoi les Européens veulent-ils retourner sur la Lune ? Cette fois, "on va y séjourner"

Une campagne d'un an et demi

Plusieurs conditions sont obligatoires pour être candidat, à commencer par l'âge. Il faut en effet avoir entre 27 et 37 ans pour y prétendre, avoir une vue parfaite, soit 100% à chaque œil et enfin être solide psychologiquement et capable de garder son calme dans les situations de stress. 

Mais les profils peuvent être très différents, comme l'explique Claudie Haigneré, qui est allée deux fois dans l'espace. "On recherche des astronautes qui auront un master et trois années d'expériences professionnelles, qui vont leur permettre de développer leur propre expertise, qu'ils soient chercheurs, médecins, ingénieurs, pilotes... Mais aussi d...


Lire la suite sur Europe1